Les organisateurs de la semaine de la mode de Sao Paulo, le plus grand événement de mode d'Amérique latine, ont tiré jeudi la sonnette d'alarme sur l'extrème maigreur de certains mannequins brésiliens suivant une tendance en Europe et aux États-Unis.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous avons noté avec préoccupation que certains mannequins lors de nos défilés - souvent les plus demandées - sont extrèmement minces. Ces filles brésiliennes passent la plus grande part de l'année en Europe et aux États-Unis où elles travaillent en majorité», a déclaré dans un communiqué Paulo Borges, le directeur artistique de la Sao Paulo Fashion Week.

Il a lancé cet avertissement afin «de prévenir de graves problèmes de santé chez ces professionnelles».

Les organisateurs de cet événement exigent depuis trois ans un âge minimum et un rapport médical de la part des agences de mannequins et des stylistes afin d'envoyer un «message positif» sur les modèles.

«La situation ne peut être ignorée», a dit Borges, appelant l'industrie de la mode à s'opposer à cette nouvelle tendance aux mannequins squelettiques.