Source ID:; App Source:

Ruby Burma: la Birmanie dans votre assiette

Le décor du Ruby Burma est encore minimaliste,... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Le décor du Ruby Burma est encore minimaliste, pour ne pas dire plutôt froid, mais l'accueil est adorable.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

On connaît bien la cuisine vietnamienne, ainsi que la thaïlandaise. On a découvert l'indonésienne aussi, puisqu'il y a Nonya qui nous la fait connaître dans le Mile End, rue Bernard.

Mais connaissez-vous la cuisine birmane?

Moi, pour être bien franche, je ne la connaissais pas jusqu'à ce qu'une lectrice qui voyage souvent au Myanmar me conseille d'aller essayer Ruby Burma, sur le boulevard Saint-Laurent.

«Pour être allée en Birmanie une quinzaine de fois, je peux affirmer avec certitude que leur nourriture se rapproche beaucoup de celle qu'on retrouve à l'autre bout du globe et qui est vraiment savoureuse», m'a-t-elle écrit au sujet du restaurant qui s'est installé dans un local près de l'avenue des Pins, où l'on servait jusqu'à tout récemment falafels et wraps.

C'est ainsi que je me suis retrouvée dans cet établissement ouvert depuis quelques semaines seulement, où le décor est encore minimaliste, pour ne pas dire plutôt froid, mais où l'accueil est adorable. C'est lent, c'est désorganisé. On préfère parler anglais et, encore mieux, birman. Mais tout le monde est d'une grande gentillesse.

Dans l'assiette, la cuisine a moins en commun que l'on pourrait croire avec celle des voisins. Les amuse-bouche de tofu frit - Inle Fries -, par exemple, n'ont pas le charme des rouleaux vietnamiens et sont un peu fades. Il faut les tremper dans la sauce au vinaigre de riz sucré. Les currys n'ont pas le panache des mijotés thaïlandais. Le curry tout simple au poulet, aussi, est un peu basique. Ce qui n'empêche pas le curry de porc à la sauce au tamarin d'être particulièrement intéressant, avec sa sauce acidulée et sa viande qui fond en bouche.

Salades rafraîchissantes

En revanche, là où la cuisine birmane épate totalement, c'est du côté des salades.

Il faut absolument essayer, par exemple, une composition appelée Ginn Thoke, qui est à base de gingembre râpé en juliennes si fines qu'elles ont pratiquement l'air de petites nouilles. Le tout est combiné à de la tomate en dés, des pois jaunes croustillants, des cacahuètes, des graines de tournesol, du jus de citron... C'est rafraîchissant, allumé comme tout et varié en texture.

Autre gros coup de coeur, la salade Latphet Thoke, composée de haricots grillés - là encore, toutes sortes de textures croquantes -, tomate, laitue... Nous avions demandé sans crevettes pour cause d'allergie, mais normalement il y en a pour ajouter encore plus de complexité. Et, clou du plat, la sauce est ponctuée de thé fermenté, un goût herbacé discret. Bref, une salade tout en rebondissements en bouche, vitaminée, inusitée. Un délice exotique qui prépare mentalement à l'été.

Comme partout dans ces régions asiatiques, il y a aussi des plats de nouilles. Une soupe à la barbotte (silure ou poisson-chat) est un peu ennuyante, goûte l'eau. De plus, les nouilles fines sont très cuites. On cherche les saveurs marquées. Meilleure expérience avec la soupe au poulet, faite de nouilles plus dodues et de lait de coco. En revanche, il faut ajouter les condiments - coriandre, oignons émincés et piment - si on veut que la soupe ait vraiment de la personnalité.

Au dessert, la maison propose un gâteau très sucré au coco qui a une texture un peu granuleuse, mais pas du tout sèche. C'est costaud. Pas très parfumé. Mais les amateurs de pâtisseries exotiques pourraient apprécier la surprise.

Bref, toutes les bouchées ne sont pas aussi amusantes les unes que les autres dans ce nouvel établissement, mais on y découvre des compositions intéressantes, des saveurs surprenantes et on se dit qu'avec le temps, ça ne pourra que devenir encore meilleur. À découvrir.

Ruby Burma

3685, boul. Saint-Laurent

Montréal

514-654-2824

Prix : soupes aux nouilles 8,75$ ou 10,25$. Salades 8,75$ ou 9,95$. Currys de 14,99 à 18,99$.

Carte de vin: il n'y en a pas, ni de bière, ni même de permis pour apporter ses propres boissons. Par contre, des demandes de permis ont été faites, nous a expliqué une des propriétaires. Donc on prend à la place jus ou boissons gazeuses.

Service: lent. Un peu désorganisé, mais charmant.

Atmosphère: il n'y a pas beaucoup d'atmosphère dans ce restaurant et la décoration est plutôt minimaliste, à part quelques objets birmans, notamment des cartes qui permettent d'expliquer aux enfants de quel pays il s'agit.

(+)Un menu qui permet des découvertes, notamment les salades très originales. Prix très raisonnables.

(-) Quelques plats manquent de saveur et pourraient être plus travaillés. Il serait agréable de pouvoir au moins prendre une bière.

On y retourne? Oui, mais pas tout de suite.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer