Les acériculteurs du Québec signalent qu'après un début de saison des sucres prometteur, en 2010, la récolte aura été moyenne.

LA PRESSE CANADIENNE

Le temps doux très hâtif, à la fin de février, a laissé croire que la récolte de sirop d'érable 2010 serait exceptionnelle. Cependant, le temps chaud du début du mois d'avril a rapidement mis fin à la coulée.La Table filière acéricole du Québec rapporte que les 43 millions d'entailles en production des 7400 entreprises acéricoles du Québec ont donné un volume total de 88,1 millions de livres, soit moins que la récolte exceptionnelle de 2009, qui a été de 109,4 millions de livres. La moyenne de production en 2010 se chiffre à 2,04 livres par entaille, se classant sous la moyenne des 15 dernières années de 2,20 livres par entaille.

Néanmoins, les acériculteurs sont relativement satisfaits compte tenu de la courte période de récolte, soit environ 8 semaines, en comparaison à 14 semaines habituellement.

Par contre, dans certaines régions, les rendements ont été sous la moyenne; ce fut le cas pour les régions du Bas-Saint-Laurent/Gaspésie et de Chaudière-Appalaches.

A la fin de 2008, les stocks québécois de sirop d'érable étaient épuisés, ce qui a créé une pression à la hausse sur le prix à la consommation en 2009. La bonne récolte de l'an dernier a permis d'accumuler des réserves chez les acheteurs autorisés de même qu'à la Fédération de sorte que la récolte 2010, bien que moyenne, satisfera la demande.

De plus, un stock appelé réserve stratégique totalise maintenant près de 12 millions de livres, ce qui pourrait permettre de pallier, en partie, les petites récoltes qui surviendraient dans l'avenir.