Source ID:519007; App Source:cedromItem

Une «run de pain» nouveau genre

Dimanche, 10 h. Ça cogne à la porte, les amis devraient arriver bientôt pour le... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Dimanche, 10h. Ça cogne à la porte, les amis devraient arriver bientôt pour le brunch, mais avant, ça prend du pain, du bon, du frais pour les épater. Et c'est justement ce qui arrive, tout chaud tout beau.

L'Enfarineuse est en train de faire revivre de superbe manière, à Montréal, le métier de livreur de pain à domicile, version artisanale. Oubliez les pains tranchés qui étaient déposés de porte en porte à une certaine époque. Myriam Poirier prépare chez elle, dans son petit appartement de Rosemont, des miches au levain, des tresses aux olives ou encore des carrés au lait que son copain, marchand de bonheur, livre de porte en porte sitôt sortis du four.

Au départ, ce ne devait pourtant être qu'un passe-temps. Cuisinière au restaurant Le Local, Myriam Poirier a enfilé le costume de boulangère autodidacte pendant son congé de maternité pour «changer de la routine». Elle n'avait pas prévu qu'après ses parents, puis ses amis, de vagues connaissances commenceraient aussi à lui passer des commandes de plus en plus volumineuses. Quand Myriam est retournée au travail, il n'était plus question d'arrêter de boulanger. L'Enfarineuse était née pour de bon.

Aujourd'hui, donc, quand elle ne cuisine pas au Local, elle produit une dizaine de pains différents par semaine, en plus d'un «spécial du mois» dans l'air du temps: bacon et sauge en septembre, chocolat et cardamome pour la Saint-Valentin, en février, brioches au beurre d'érable en mars.

Les commandes doivent être faites au plus tard le jeudi. Les pâtes sont préparées le samedi, cuites tôt le dimanche puis livrées entre 10 h et midi, au coût de 5 à 6$ environ le pain, livraison incluse. La recette à la banane et au chocolat est parfaite pour le brunch gourmand - il aurait pu être légèrement plus cuit, c'est le seul bémol-, la tresse à la tapenade fait l'apéro, le multigrains est le meilleur compagnon pour les matins de semaine.

«On fait beaucoup d'essais, on s'amuse beaucoup», dit-elle.

Décidément, ça bouge beaucoup sur la scène du pain à Montréal. Et avec des jeunes comme L'Enfarineuse, c'est pour le mieux.

Les pains sont livrés joliment emballés, dans du papier kraft, avec de la ficelle et des étiquettes de carton vintage. Le plaisir des papilles est aussi un plaisir pour les yeux.

Info: L'Enfarineuse.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer