Vous vous en doutiez, c'est désormais prouvé : les cris, dans la mesure du possible, sont à bannir. Mais alors, que faire quand on sent la tension monter ? Pas facile, pour un parent qui veut bien faire, c'est clair. Les options ne sont pas nécessairement évidentes. Pas toujours efficaces. Et prennent souvent du temps. Un temps précieux, qui manque à bien des parents. En vrac, tout de même, quelques conseils glanés ici et là.

SILVIA GALIPEAU LA PRESSE

1. Se questionner avant d'exploser

Si vous voulez changer vos comportements, encore faut-il les comprendre. Pourquoi explosons-nous devant certains éléments irritants de la vie de famille? Est-ce la fatigue, le stress, notre sentiment d'impuissance? « C'est contre vous-même que vous êtes en colère et que vous criez », souligne un article de la revue Psychologies sur la question. Solution? Disciplinez-vous, et apprenez à relaxer. Plusieurs professionnels suggèrent d'ailleurs aux parents d'explorer ici les différentes techniques de relaxation, la respiration profonde et le yoga.

2. Prenez votre enfant par la main

Avec les plus jeunes enfants (moins de 6 ans), au lieu de répéter et répéter sans cesse les consignes (une répétition qui risque de mal finir), on suggère d'énoncer une fois, puis d'aller chercher l'enfant (littéralement par la main) pour l'amener à réaliser la tâche voulue. « Et quand il vient tout seul, on le félicite ! », ajoute l'infirmière Brigitte Racine, auteure de plusieurs livres sur la discipline (dont L'autorité au quotidien, aux éditions du CHU Sainte-Justine).

3. Demandez-lui son avis

Avec les enfants plus vieux (plus de 6 ans), une certaine collaboration est peut-être de mise. Votre enfant désobéit? Déterminez, avec lui, la conséquence de sa désobéissance. Il obéit, mais dans un délai que vous jugez déraisonnable? De nouveau, demandez-lui quel serait un délai acceptable pour lui et vous. « Moi, mon but, c'est qu'il n'y ait pas de discipline à faire. Il faut donner envie à l'enfant et à l'adolescent de faire équipe avec son parent », indique l'auteure Brigitte Racine.

4. Déléguez

Vous n'y arrivez toujours pas pour toutes sortes de raisons? Reconnaissez vos limites et passez le flambeau. L'autre parent, une voisine ou un grand-parent fait aussi figure d'autorité. Avec, parfois, le recul nécessaire qui vous manque.

5. Prenez une pause

Vous sentez que la tension monte? Que des mots que vous allez regretter vont sortir de votre bouche? Changez d'air. Cette recommandation vaut d'ailleurs aussi pour les relations de couple et les autres situations conflictuelles. « Allez aux toilettes ou sur le balcon pour réduire la tension, suggère Carl Lacharité, directeur du Centre d'étude interdisciplinaire sur le développement de l'enfant et de la famille, à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Quand on s'éloigne, cela nous donne aussi une autre perspective. »

6. Réparez les dégâts

Vous avez explosé? Il faut réparer maintenant. S'excuser ne suffit pas, s'entendent les experts interrogés. Encore faut-il s'assurer de tout faire pour ne pas recommencer. « La communication n'est pas ici un luxe. Souvent, on s'excuse pour ne pas communiquer. Mais cela n'atténue pas les impacts. Il faut en parler. Dire qu'on a fait quelque chose d'inacceptable, demander à l'enfant ce qu'il en pense, etc., suggère le psychologue Carl Lacharité. Parce qu'être parent, ça veut dire réfléchir aux conséquences de nos gestes. »