Isabelle et Carl se préparent à affronter les grandes vacances d'été de leurs enfants. Ils ont un garçon âgé de 8 ans, Loïc, et une fille âgée de 14 ans, Mégane. Pour Loïc, ce n'est pas compliqué : il fréquente le camp de jour de sa municipalité et il adore ça.

Dr Nadia Gagnier LE SOLEIL

Il connaît tous les moniteurs et il a bien hâte de les retrouver avec ses amis. De nombreuses activités sont planifiées, dont une journée aux glissades d'eau. Pour Mégane, la planification de son été est un peu plus complexe, car elle est trop grande pour le camp de jour. Elle aime bien le début des vacances à cause de la liberté qu'elle ressent lorsque l'école se termine, mais au milieu de l'été, elle se met à s'ennuyer, disant qu'elle n'a pas grand-chose à faire puisqu'elle dépend de ses parents pour ses transports (ex. : aller chez une amie, au cinéma, au centre commercial). Isabelle et Carl se demandent comment ils pourraient tenter de l'occuper.

La fin des classes est toujours très excitante pour les enfants et les ados, mais elle peut parfois être un casse-tête pour les parents, qui eux continuent de travailler. Pour les enfants, il y a tout de même de nombreux choix d'activités pour les occuper, et ils y réagissent habituellement avec enthousiasme. Il y a, entre autres, les camps de jour offerts par les municipalités et des camps de jour « privés « qui leur permettent de faire des activités toutes plus stimulantes les unes que les autres.

Trop grand pour le camp

Mais il arrive un âge où ces activités commencent à être un peu, disons « bébé « pour eux. Vers le début de l'adolescence, plusieurs commencent à demander à leurs parents de ne plus les inscrire au camp de jour. Ils n'ont toutefois pas encore l'âge pour travailler, ou pour conduire un véhicule leur permettant de visiter leurs amis ou de faire des activités à l'extérieur de leur voisinage. Il peut en résulter une période d'ennui, de monotonie et même, pour certains, de mauvais coups, qu'ils feront afin de mettre un peu de « piquant « dans leur été.

Les parents doivent donc tenter de les occuper, s'ils ne veulent pas qu'ils passent leurs journées sur Internet ou devant la télé, ce qui peut les rendre léthargiques et maussades lorsque les parents rentrent à la maison en fin d'après-midi. Pour éviter les mauvais coups, plusieurs parents établiront aussi certaines règles à respecter durant leur absence et s'assureront de superviser leur ado à distance, en lui téléphonant durant la journée ou en arrivant quelques fois un peu plus tôt du bureau, comme s'il s'agissait d'une inspection-surprise !

Mais au-delà de vouloir les empêcher d'être trop longtemps devant un écran ou de faire des mauvais coups, certains parents sont surtout soucieux que leurs ados passent de belles vacances et qu'ils aient du plaisir pour les quelques étés qu'il leur reste sans avoir à travailler à un premier emploi d'étudiant. Après tout, pour des parents, jouer à la « police « n'est pas si agréable que ça, même si c'est parfois nécessaire.

Certains parents ont des horaires d'été allégés (ex. : 4 jours par semaine) et décideront de recevoir les amis de leur ado lors de leurs journées de congé. Ainsi, les ados socialisent sous la supervision discrète d'un parent, qui peut également les reconduire à certains endroits pour faire des activités. Pour éviter que tous les amis de l'ado se retrouvent toujours chez les mêmes parents, ces derniers peuvent s'organiser avec les parents des amis de l'ado, afin qu'ils puissent passer des journées chez l'un et chez l'autre, dans une forme d'échange de service équitable entre les parents.

Pour occuper leur ado et le préparer à son entrée sur le marché du travail, d'autres parents l'aideront à se trouver une occupation chez les gens du voisinage, telle que tondre le gazon des voisins ou garder des enfants. Cela semble moins agréable et moins ludique que la première solution d'inviter les amis, mais de nombreux ados seront bien heureux de pouvoir gagner un peu d'argent de poche, et les parents seront probablement satisfaits du sens des responsabilités que ces occupations développeront chez leur grand garçon ou leur grande fille.

Évidemment, planifier des vacances en famille durant l'été est important pour rendre l'été agréable pour l'ado et pour passer un peu de temps avec lui. De plus, cela fait au moins une ou deux semaines dans l'été d'organisées sans trop de casse-tête. Souvent, les ados seront peu enthousiastes à l'idée de passer une semaine complète avec leurs parents sans voir les amis, mais certains parents réussissent à les convaincre en leur permettant d'inviter un ami pour les vacances. Ainsi, les ados peuvent continuer à socialiser et avoir moins l'impression de « suivre « leurs parents comme un bébé.

Bref, il existe toujours des solutions Il suffit parfois d'être un peu créatif !

Il s'agissait de ma dernière chronique avant la relâche de l'été. Je vous retrouve donc le 22 août prochain.

Bon été à tous !