Les buveurs de bière japonais en ont ras-le-bol des canettes des quatre grandes brasseries japonaises, et se tournent donc vers les bières des nouvelles micro-brasseries, qui bourgeonnent un peu partout sur l'archipel nippon.

RELAXNEWS

Les chiffres des ventes des quatre brasseries principales au Japon, Kirin, Sapporo, Asahi et Suntory, révèlent un déclin pour la cinquième année consécutive (-2,1% en 2009, pour un total de 472,5 millions de caisses; chaque caisse contient 20 bouteilles de 633 millilitres).

Les ventes des micro-brasseries sont en hausse, elles ont vendu 34 millions de litres cette année. Et si cela ne représente qu'une fraction des ventes des grandes brasseries, la hausse est impressionnante: elles n'avaient vendu que 14 millions de litres en 2003.

«C'est tout simplement dû au fait qu'il n'y a pas beaucoup de choix de bières sur le marché japonais, et c'est pourquoi nous avons décidé de nous mettre a produire des bières plus intéressantes», a expliqué Katsuyoshi Yoshino, directeur des ventes chez Morita Kinshachi Beer Co, interrogé par Relaxnews.

«Notre entreprise était dans la production de saké au départ, mais nous avons commencé à faire de la bière en 1996 en utilisant des ingrédients qui sortent de l'ordinaire», dit-il. «Maintenant nos produits sont en vente partout au Japon, et nous exportons également nos bières vers la Chine et l'Australie».

Basé vers le centre du pays dans la ville de Nagoya, Morita Kinshachi produit une gamme de bière de type pils, une bière blanche (la Indian Pale Ale) et une bière brune (la Imperial Chocolate Stout), mais ses bières qui se vendent le mieux sont celles qui sont à base de thé vert ou de la pâte de haricot rouge fermentée.

La bière Matcha Draft au thé vert a gagné une médaille de bronze lors d'une compétition internationale l'année dernière, tandis que les bières de la Nagoya Akamiso Lager contiennent de la pâte de haricot rouge fermentée, une spécialité de la ville de Nagoya.

«Pour nous, le secret est l'originalité en matière de bière, afin qu'elles sortent du lot», explique Yoshino.

D'autres brasseries ont attrapé le train en marche, proposant leurs bières aux concepts «différents». La micro-brasserie Hakusekik a ainsi lancé la Tenen Hachinitsu Kobo Shizen Bakushu, qui utilise les propriétés naturelles de la levure que l'on trouve dans le miel. Quant-à la Super Vintage brew, elle est trois fois plus forte qu'une bière standard.

Les micro-brasseries ont été légalisées au Japon en 1994 et il en existe maintenant environ 300 dans l'archipel. De nombreuses autres brasseries ont été contraintes d'arrêter leur production face à la guerre des prix livrée par les grandes marques e bière.

Mais les chiffres prometteurs de 2009 leur redonnent de l'espoir: peut-être que les consommateurs de bière se sont mis à privilégier la qualité plutôt que la quantité, malgré la crise économique qui touche le Japon.