Flynn le bichon frisé remporte les grands honneurs

Flynn le bichon frisé a remporté mardi soir... (Photo reuters)

Agrandir

Flynn le bichon frisé a remporté mardi soir les grands honneurs de l'exposition canine Westminster organisée à New York par le Kennel Club. Selon son maître, il faut deux heures pour tailler sa fourrure avant chaque compétition.

Photo reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
NEW YORK

Flynn le bichon frisé a remporté mardi soir les grands honneurs de l'exposition canine Westminster organisée à New York par le Kennel Club. Il s'agit d'un des concours du genre les plus prestigieux de la planète.

L'annonce de sa victoire par la juge canadienne Betty-Anne Stenmark, qui présidait la grande finale, a réduit au silence les spectateurs qui encourageaient leur favori en hurlant.

Guidé par son conducteur Bill McFadden, Flynn a devancé Ty le schnauzer géant, Biggie le pug, Bean le sussex spaniel, Lucy le barzoï, Slick le border collie et Winston le Norfolk terrier.

«Ça semble un peu irréel, a dit M. McFadden. Je suis arrivé en n'attendant rien de plus qu'une bonne performance, et je pense que je l'ai eue.»

Ce n'est pas la première fois qu'un négligé cause la surprise sur le tapis vers du Madison Square Garden - les connaisseurs croyaient aux chances de Flynn, mais les amateurs qui s'étaient déplacés avaient clairement fait un autre choix.

Le populaire petit pug était encouragé à grands coups de, «Let's go Biggie!». Bean était clairement le favori de la foule, et il n'a pas hésité à utiliser son charme pour implorer les juges de lui décerner le prix le plus prestigieux du monde canin.

Ty a pris la deuxième place, même s'il a remporté le plus grand nombre de titres l'an dernier. Il avait charmé les spectateurs en sautant pour enlacer sa conductrice Katie Bernardin après avoir décroché la palme dans le groupe des «chiens de travail» plus tôt pendant la soirée.

Âgé de près de six ans, Flynn a pris le quatrième rang parmi les chiens de concours aux États-Unis l'an dernier. Sa victoire de mardi soir, le 42e titre «best in show» de sa carrière, était fort probablement sa dernière avant sa retraite. M. McFadden a dit qu'il faut deux heures pour tailler sa fourrure avant chaque compétition, et chaque poil était soigneusement à sa place mardi.

Le grand gagnant n'a pas remporté un seul sou, mais il a eu droit à un beau bol tout neuf. Il pourra aussi envisager de lucratifs contrats de reproduction.

Il s'agissait de la 142e édition du concours de Westminster, ce qui en fait le deuxième plus ancien événement sportif ininterrompu aux États-Unis, après le Derby du Kentucky. On retrouvait cette année 2882 participants représentant 202 races et variétés.

Flynn avait tendu la patte à Mme Stenmark quand elle a passé en revue les sept finalistes.

«Il n'arrêtait pas de branler la queue et c'est comme ça qu'il m'a séduite», a confié la juge canadienne.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer