Source ID:; App Source:

Chronique tapas

Vincent Marissal
La Presse

Tenir une chronique, c'est un peu comme gérer le contenu du frigo familial: on ramasse toujours plus que ce dont on a besoin, question, justement, de ne manquer de rien.

Alors, forcément, arrive le moment où il faut passer les restes, comme nous l'a si souvent dit ma mère (qui gérait un frigo pour les huit membres de ma famille), sinon ça se perd.

 

Les nouvelles, c'est comme la bouffe: c'est périssable. Si on ne les sort pas, elles périssent.

Mais comme le terme «restants» ne fait pas très chic, appelons cela: chronique tapas. Des petites bouchées, servies sans cérémonie ni ordre particulier, pour se mettre à jour dans les nouvelles du monde du vin au Québec.

La fin du vrac

Vous l'avez appris ici en premier, l'an dernier, et c'est maintenant confirmé: la SAQ abandonne définitivement la vente de vin en vrac.

Très populaire il y a quelques années, le vin en vrac (que l'on embouteille soi-même dans des dépôts après avoir rincé ses bouteilles) n'attire plus les foules.

La SAQ a délaissé ce secteur au fil des dix dernières années, concentrant la vente en vrac (des vins de pays non millésimés) dans ses six succursales SAQ-Dépôt.

À partir de septembre, le vrac disparaîtra complètement de la succursale de Montréal (sise au Marché central). Les SAQ-Dépôt de Québec, Sherbrooke, Trois-Rivières, Gatineau et Saguenay suivront dans les mois subséquents.

Le vin en vrac ne sera donc plus offert qu'aux dépôts de la Maison des futailles dans l'est de Montréal et à Saint-Hyacinthe.

Contenants écolo

Au Québec, les contenants en carton Tetra Pak connaissent, au mieux, un succès mitigé.

Présentés comme plus écologiques que les bouteilles de verre, ils ont néanmoins du mal à se tailler une place, victimes de préjugés qui touchent plus le contenu que le contenant.

D'autres producteurs tentent maintenant leur chance avec de nouveaux contenants pour séduire les amateurs de vin soucieux de la protection de l'environnement.

C'est le cas du merlot Jolie Terre, Yvon Mau, région de l'Aude (12,90$), un «petit» vin embouteillé dans du téréphtalate de polyéthylène, une matière 100% recyclable.

De plus, les bouteilles en aluminium arrivent aussi sur le marché. Think Pink, un rosé portugais, est maintenant offert. L'aluminium offre aussi l'avantage de capter le froid plus rapidement, ce qui peut être utile en cas d'attaque de rosé (ça arrive, parfois, au mois de mai, lorsque vous réalisez soudain qu'il fait encore 22 degrés à 19h et que vous pourrez prendre le premier apéro dehors).

Pour tenter elle aussi de saisir la vague écolo, la SAQ présentera ces produits dans une nouvelle section Éco-pratique.

Commandes privées

Nouveauté sur le site saq.com: un onglet «commandes privées», qui permet de passer, en ligne, des commandes de produits d'importation privée. Nous y reviendrons dans une prochaine chronique puisque d'autres changements touchent aussi le milieu des importations et des commandes privées.

 

MOINS DE 20$

Clos Bagatelle Veillée d'Automne Saint-Chinian 2005 (Code SAQ: 00 979 229) 18,95$

L'expression meilleur rapport qualité-prix a été inventée, entre autres, pour ce «petit» vin d'une région qui gagne à être connue. Syrah (35%), Grenache (30%), Mourvèdre (30%) et Syrah en macération carbonique (5%) donnent ici un mélange harmonieux et chaleureux de fraise, de violette et de poivre. Miam.

 




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer