Source ID:; App Source:

De l'agneau, du jambon... et des vins

Les deux mets de prédilection, à Pâques, sont l'agneau et le jambon. Du moins... (Photo La Presse)

Agrandir

Photo La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jacques Benoit
La Presse

Les deux mets de prédilection, à Pâques, sont l'agneau et le jambon. Du moins d'habitude, car, en fait, beaucoup de consommateurs dérogent, bien sûr, à la tradition.

Mais, puisqu'il faut choisir, choisissons et tenons pour acquis que les deux plats qui seront servis chez nos lecteurs seront un gigot d'agneau et une cuisse ou une épaule de jambon.

Quels vins servir avec ces mets?

Inutile de chercher midi à quatorze heures, puisqu'il existe une palette très large de vins qui peuvent mettre ces deux mets en valeur!

«Rassurez-vous, le monde est vaste, et des centaines de vins peuvent accompagner un même plat», écrit à ce sujet dans le Guide du vin 2014, de Nadia Fournier, la sommelière Véronique Rivest, médaillée d'argent au Concours du meilleur sommelier du monde 2013, qui s'est tenu l'an dernier à Tokyo.

Elle souligne également, avec raison: «Il n'y a pas de règles absolues. Le goût est un sens profondément individuel: ce qui plaît à une personne ne plaira pas à tous.»

Avec l'agneau, qu'il s'agisse d'un gigot ou encore simplement de côtelettes grillées, on a l'embarras du choix.

Seule chose à retenir, à mon sens: cette viande étant passablement goûteuse, il faut l'accompagner d'un vin rouge qui a du corps et donc aux saveurs assez relevées pour lui tenir tête.

Or, des vins de ce type, il y en a une foison sur le marché... Des bordeaux, des vins de la vallée du Rhône, de Californie, de Toscane et du Piémont, d'Espagne, etc., peuvent tous très bien aller.

Des vins légers, souples sont moins appropriés, encore que les bourgognes de qualité, même souples et veloutés, ont l'étonnante capacité de se mesurer à des plats aux saveurs bien présentes.

Et le jambon? Personnellement, surtout s'il s'agit de jambon fumé à l'érable, le mieux me semble d'opter pour un vin rouge souple, ainsi que le recommande l'auteur et sommelier Jacques Orhon dans Harmonisez vins et mets.

Mais un blanc de qualité, et aux saveurs bien présentes, pourra aussi accompagner une pièce de jambon au naturel, non fumé.

Voici donc un choix de vins destinés à faire bon ménage avec ces deux mets.

Saint-Chinian 2012 Cazal-Viel 13,15$ (202499)

Tout au plus moyennement corsé, peu tannique, ce joli vin rouge du Languedoc, souple et au bon goût de fruit, à servir rafraîchi (13-14 degrés), accompagnera harmonieusement le jambon. 60% Syrah, 30% Grenache, 5% Mourvèdre et 5% Carignan, ce vin étant traité par micro-oygénation (on diffuse de l'oxygène dans le vin avant son embouteillage), ce qui a pour effet d'attendrir les tannins. Bref, un vin jus de fruits, dans le bon sens du mot. À petit prix. 13,5% (1569 caisses). Garde: à boire.

14,8

Vinsobres 2011 Domaine Jaume 19,15$ (12194501)

Vin rouge de la vallée du Rhône, bien coloré sans qu'il soit opaque, il se présente avec un bouquet de fruits noirs, de bonne ampleur, peu nuancé pour l'instant, mais franc et attrayant. La bouche suit, relativement corsée, dense, avec de l'éclat et bâtie sur des tannins aimables. Se plaira surtout avec l'agneau, bien qu'il puisse sans doute pouvoir faire bon ménage avec le jambon également. 60% Syrah et 40% Grenache, avec élevage en cuves inox. 14% (89 caisses). Garde: 2014-2018.

17

Costa Toscana 2011 IGT Kepos di Empelia 23,50$ (11546949)

Passablement coloré, son bouquet, de fruits rouges, assez peu expressif en ce moment, s'accompagne de notes rappelant quelque chose comme les noix. Plus que moyennement corsé, tannique sans qu'il le soit beaucoup, ce vin rouge bien particulier m'a semblé devoir convenir surtout au jambon. 45% Grenache, 30% Mourvèdre, 15% Carignan, 10% Alicante et 5% Marsellan (un croisement de Cabernet Sauvignon et de Grenache), avec élevage en cuves béton... de quoi confondre les plus grands connaisseurs! «À boire immédiatement», selon son producteur. 13,5% (134 caisses). Garde: 2014-2015?

16,2

Médoc 2003 Château Lafitte-Tramier 32$ (890244)

Beaucoup de consommateurs n'ont pas souvent l'occasion de boire des vins d'un certain âge. En voici un, à un prix qui reste raisonnable, dont la couleur, un peu orangée, est un signe de son âge. Le bouquet est complexe (cuir, figues séchées, thé noir, etc.) sans être déclinant, avec aussi des notes comme de... gâteau aux fruits. Moyennement corsé, souple, on retrouve en bouche tous ces arômes, et il possède une bonne persistance. À mon avis, il ira avec l'agneau aussi bien qu'avec le jambon. 50% Cabernet Sauvignon et 50% Merlot, avec élevage en cuves et, pour 20% de la cuvée, en fûts de chêne neuf. Délicieux. 13,5% (163 caisses). À boire.

16,5

Chablis 1er cru Montmains 2012 Patrick Piuze 52$ (11397189)

Voici une folie à faire, que les amateurs de chablis ne regretteront pas! Vin du Québécois Patrick Piuze, son bouquet, mûr, généreux pour un chablis, plein d'éclat et d'une rare distinction, relevé par une note rappelant le beurre frais, est enchanteur. Plus dense qu'on ne s'y attend d'un chablis, gras, il affiche le même éclat en bouche, toutes choses qui le rendent irrésistible. Vinifié en pièces bourguignonnes (228 L) de réemploi. En apéritif ou avec le jambon. Cher? «Les raisins sont très chers, je ne suis pas plus riche», m'a fait remarquer par courriel à ce sujet Patrick Piuze. Uniquement aux deux boutiques Signature, malheureusement. 12,5% (58 caisses). Garde: 2014-2016.

17,5




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer