Le Bordelais est, sans contredit, le vignoble le plus prestigieux de la planète.

Jacques Benoit LA PRESSE

On l'envie, on le critique, et... on l'imite, notamment en ce qui regarde les assemblages, dans lesquels, selon la méthode bordelaise, entrent très souvent pas moins de quatre cépages.

Car, depuis toujours, Bordeaux professe que le résultat obtenu par l'assemblage surpasse, immanquablement, chacun de ses composants.

Néanmoins, deux cépages seulement, le Cabernet Sauvignon et le Merlot, occupent le devant de la scène. Avec, à l'arrière-plan, le Cabernet franc, puis le Petit Verdot et, dans certains vins, le Malbec.

Qui l'ignore? Selon en effet la proportion de chaque cépage entrant dans l'assemblage final, le style du vin peut s'en trouver passablement modifié. Plus de Merlot, et le vin est plus aimable, plus tendre; plus de Cabernet Sauvignon, il risque d'être plus tannique, parfois même austère. Autre élément qui joue: la quantité de vin de presse qui est ajoutée (ou pas) à l'assemblage final. Le vin de presse, c'est-à-dire le vin normalement fort tannique qu'on obtient en pressant les parties solides restées au fond de la cuve de fermentation, une fois qu'on en a retiré la partie liquide.

En fait, les Bordelais... jonglent très habilement avec les cépages, dont les proportions peuvent varier, dans les assemblages, d'une année à l'autre, selon la qualité des vins obtenus avec chaque variété.

Ces proportions, variables selon les millésimes, donc, ne sont pas forcément les mêmes que dans le vignoble.

Autrement dit, un domaine qui compte, disons, 30% de vignes de Merlot, pourra fort bien mettre dans son vin, une année donnée, jusqu'à 45 ou 50% de ce cépage.

Les bonnes nouvelles: fort de ses quelque 105 000 hectares de vignes et de ses 8000 domaines, Bordeaux élabore une très large gamme de vins, surtout rouges, de tous les styles. Lesquels, sauf exception - tels les meilleurs 2005, encore revêches - sont délectables même dans leur jeunesse.

Voici quelques exemples de bordeaux rouges, notés, je le rappelle, sur l'échelle de 20 points.

Bordeaux 2009 Merlot et Cabernet Sirius, 12,55$, (223537)

Vendu autrefois plus de 16$, ce vin moyennement corsé, de Merlot et de Cabernet Sauvignon, d'une appellation modeste, au bouquet marqué par des notes genre cuir, tabac et même un peu... sciure de bois, dont les tannins ont une certaine fermeté, a de quoi séduire à ce prix! Élevage en fûts. Garde: 2010-2014. 13,5% (1094 caisses).

16

Bordeaux Supérieur 2009 Domaine de Courteillac, 21,25$, (10391893)

Très coloré, ce vin de Merlot (70%), de Cabernet Sauvignon (20%) et de Cabernet franc (10%), au bouquet ample, de fruits rouges, net, mais plutôt unidimensionnel pour l'instant, d'une bonne concentration, aux tannins gras, et élevé en fûts de chêne, est un bon exemple de ces bordeaux de facture moderne, au taux d'alcool élevé sans que ce soit vraiment dérangeant. Garde: 2012-2014. 14,5% (117 caissses).

16,2

Côtes de Bordeaux Blaye 2009 «Tradition» Château Cailleteau Bergeron, 15,60$, (10388601)

Richement coloré lui aussi, fait de 90% de Merlot et de 10% de Cabernet Sauvignon, son bouquet, au boisé rappelant les odeurs de pain grillé, est flatteur. Charnu, tannique, ferme et même un peu carré, il est très bon quand même. Une partie de ce vin (20%) est élevée en fûts. Garde: 2012-2015. 14% (155 caisses).

16

Haut-Médoc 2009 Château Sénéjac, 26,60$, (11350145)

L'assemblage réunit quatre cépages, surtout du Cabernet Sauvignon (48%) et du Merlot (37%), avec 11% de Cabernet franc et 4% de Petit Verdot. Beaucoup de couleur sans que ce soit un vin opaque, un bouquet très fruits noirs, distingué, rappelant les Pomerols. La bouche suit, avec du corps, des tannins bien enrobés, de l'éclat. Élevage en fûts, dont 30% de neufs. Savoureux.Garde: 2012-2017. 13,5% (208 caisses).

17,5

Saint-Estèphe 2006 Prieurde Meyney, 33,50$, (10210415)

Deuxième vin (de jeunes vignes) du Château Meyney, ce bordeaux se présente avec un beau bouquet aux nuances fumées faisant presque... Syrah. Plus que moyennement corsé, on retrouve en bouche les mêmes arômes fumés, sur des tannins qui ont de la fermeté quoique sans rugosité. Séduisant. Fait surtout de Cabernet Sauvignon (70%) et de Merlot (20%), avec élevage en fûts. Garde: 2012-2015. 13% (79 caisses).

17,2

La recommandation de la semaine

Bordeaux 2010 Calvet Réserve

Bordeaux d'une appellation modeste, mais d'un grand millésime pour le Bordelais, ce vin est très réussi en 2010. D'un pourpre-prune passablement soutenu, son bouquet de petits fruits rouges, dominé par le Merlot, est franc et légèrement épicé (le bois). La bouche suit, charnue, nettement plus que moyennement corsée, bâtie sur des tannins gras, aimables. 70% Merlot et 30% Cabernet Sauvignon, les notes boisées étant obtenues par un procédé courant dans le Nouveau Monde (Argentine, Australie, etc.), à savoir par immersion dans la cuve de douelles (des planches de chêne destinées à former les fûts). Maison très ancienne, et qui vend des vins au Québec depuis plusieurs décennies, Calvet, filiale des Grands chais de France - numéro un du vignoble français -, élabore ce produit avec, essentiellement, des vins achetés à divers vignerons. À prix doux. Garde: 2012-2014. 14% (832 caisses).

14,95$(44032)

16,5