Source ID:69e6450e5cd7314b9b850fedbf01e35d; App Source:StoryBuilder

La dictature des «nouvelles» bières

Les clients des détaillants spécialisés en bière veulent... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Les clients des détaillants spécialisés en bière veulent tout essayer.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Il n'y a pas si longtemps, les amateurs de bière juraient fidélité à une seule brasserie, voire une seule marque, qu'ils achetaient généralement en caisses de 24. Aujourd'hui, les clients des détaillants spécialisés n'ont d'yeux que pour les nouveautés de la semaine. Pour le meilleur et pour le pire...

«Dans les semaines précédant Noël, je recevais plus de 50 nouveautés par semaine, nous apprend Audrey Martineau-Dumas, copropriétaire de la boutique et du bistro Les Assoiffés, à Saint-Lambert. Et l'été dernier, c'en était ridicule. Mon équipe n'était même pas en mesure de goûter toutes les nouveautés que l'on recevait, tant il y en avait. Mais je crois qu'on est allés au bout de la tendance. Ça peut diluer le trip.»

Pourtant, elle voit encore arriver des clients qui font de la route dans l'espoir de mettre la main sur les toutes dernières nouveautés. «Mes clients les plus jeunes ont souvent l'impression qu'un produit est bon parce qu'ils l'ont vu sur leur cellulaire, affirme-t-elle. Quand je leur conseille de goûter autre chose, ils sont dubitatifs parce qu'ils ne l'ont pas vu sur Facebook ou Instagram... Cela dit, nous aussi, on suit les réseaux sociaux, parce que la nouveauté est nécessaire. Une brasserie qui n'offre rien de neuf s'efface peu à peu, elle est condamnée à disparaître.»

«Je peux comprendre le consommateur d'être attiré par la nouveauté, explique de son côté Katia Bouchard, blogueuse et experte en bières à Foodlavie. On vit à une époque où tout est éphémère, on nous vend de l'expérience, et ça ne se fait pas avec des choses que l'on connaît déjà. C'est un peu dans l'air du temps.»

En revanche, ça vient bien souvent avec certains effets pervers, de telle sorte que bien des amateurs de bière ne semblent plus apprécier le produit pour ce qu'il est vraiment. «Par exemple, les gens se servent de l'application Untappd pour chasser les nouvelles bières comme s'il s'agissait de Pokémons, se désole Mathieu Tessier, cofondateur de la brasserie Grands Bois. Tu bois ta bière avec ton téléphone, ça rend un peu fou et il n'y a rien de constructif là-dedans!»

La nouveauté ou la qualité?

Mathieu Tessier s'inscrit ainsi à contre-courant de la tendance, sa brasserie privilégiant une gamme de produits stables assortie de quelques surprises saisonnières. Il met ainsi en garde ceux qui seraient tentés d'assurer leur développement en tablant sur la tendance du moment. On pense notamment à certaines brasseries dont les produits dorment sur les tablettes et qui multiplient les nouveautés pour conserver leur place dans les supermarchés - et ainsi rentabiliser de coûteux investissements.

«Comme dans n'importe quelle industrie, je crois que certains brasseurs sont là pour les bonnes raisons, d'autres non. Il y a, selon moi, un seul critère à considérer: est-ce que la bière est bonne? Le reste est un choix d'affaires», estime Katia Bouchard.

Le pari de la qualité est celui qu'entend relever la Brasserie du Bas-Canada, qui surfe actuellement sur le succès fou de sa gamme HYPA, une India Pale Ale de style Nouvelle-Angleterre qui se décline en plusieurs versions, offertes en rotation. «Comme le milieu de la microbrasserie vit des changements très rapides, il faut toujours être à l'avant-garde, soutient Marc-André Cordeiro Lima, copropriétaire de la brasserie artisanale de Gatineau. Mais l'important, c'est que la qualité du produit soit au rendez-vous.»

C'est dans cet esprit que la petite entreprise entend aller de l'avant avec un projet d'expansion qui permettra à sa production annuelle de franchir le cap des 500 000 litres, soit trois ou quatre fois son volume actuel. «On pourrait produire seulement des HYPA et des Los Tabarnacos et être confortables, mais ce n'est pas ce qu'on veut, assure Marc-André Cordeiro Lima. Il ne faut donc pas penser qu'on va en produire trois fois plus. De toute façon, ce sont des produits fragiles et on veut continuer d'offrir le meilleur contenu dans le plus beau contenant. La nouvelle usine va plutôt nous permettre de sortir de nouvelles gammes de produits, de faire des collaborations et même de brasser des bières à forfait pour d'autres brasseurs. On va conserver le même côté qualitatif tout au long de notre parcours.»

Certains brasseurs regrettent toutefois le fait qu'il soit relativement simple d'élaborer des nouveautés à la pelle: «Oui, tu dois développer des trucs, mais il faut que ta bière soit bonne, et non pas qu'elle soit seulement un test mis dans un fût de chêne ou un nouveau brassin aux fruits, martèle Mathieu Tessier, des Grands Bois. D'ailleurs, beaucoup de brasseurs n'apprécient pas les choses qui vont dans tous les sens. Plusieurs veulent revenir à la base et faire une bière qui goûte la bière.»

Mais pour ça, il faut que le consommateur soit dans le coup. «C'est celui qui va acheter qui va donner la réponse finale, affirme avec lucidité Audrey Martineau-Dumas, des Assoiffés. Tu peux bien essayer de dicter aux gens une nouvelle tendance, mais s'ils n'en ont rien à foutre, ils vont continuer de boire ce qu'ils aiment.»




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer