Cette semaine, deux bières concoctées avec des levures sauvages brettanomyces. La première distribuée à plus large échelle, la seconde offerte dans seulement quelques points de vente.

Publié le 23 sept. 2013
Catherine Schlager LA PRESSE

Françoise Lelièvre

Lancée en juin dernier, la Françoise Lelièvre de la Microbrasserie de l'Île d'Orléans était un peu passée sous le radar. Pourtant, cette india pale ale belge qui titre 6,5 % brassée avec des levures sauvages mérite qu'on s'y attarde. Dans le verre, elle se fait trouble à souhait avec son apparence qui rappelle le jus de pomme brut surmonté d'une jolie mousse. Un peu de houblon, de la gomme à mâcher ainsi que de subtils arômes de tarte à la lime composent son nez. En bouche, l'amertume plutôt vive côtoie les levures brettanomyces qui se font un peu trop discrètes, mais apportent tout de même une belle sécheresse. L'effervescence est peut-être un peu excessive, mais l'ensemble demeure intéressant.

Disponible en format de 500 ml dans plusieurs dépanneurs spécialisés, épiceries fines et parfois en fût au Mitan, pub de la microbrasserie.

3,5/5

Saison Brux

La Saison Brux du Boquébière de Sherbrooke n'est pas une nouveauté, mais il est bon d'y revenir pour mieux la redécouvrir. Cette création de style belge de triple fermentation, concoctée avec des levures sauvages, a été brassée avec des malts exclusivement québécois de la Malterie Frontenac. Certains détestent ce malt qui donne à la bière des arômes de jus de raisin, d'autres n'y voient aucun problème. C'est notre cas. Cette jolie bière voilée de couleur jaune paille présente une mousse volumineuse. Au nez, on reconnaît le raisin, la coriandre, les épices ainsi que les brettanomyces. Plutôt sucrée et très peu amère, elle aurait gagné à être plus sèche et à présenter un profil encore plus sauvage, mais elle demeure une délicieuse et rafraîchissante boisson. Disponible en format de 500 ml dans quelques dépanneurs spécialisés.

4/5