Source ID:; App Source:

Nouvel engouement pour les eaux-de-vie de marc en France

Au Québec, les eaux-de-vie de marc françaises sont... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Au Québec, les eaux-de-vie de marc françaises sont rares. Seule une dizaine de produits, vendus entre 41 et 351$, sont disponibles.

Photo Digital/Thinkstock

Karyne Duplessis Piché

Collaboration spéciale

La Presse

Les vignerons français s'intéressent de nouveau aux eaux-de-vie de marc. Après que plusieurs aient délaissé la production de cet alcool à base de résidus de raisins, le président des oenologues de France, Cyril Payon constate un intérêt grandissant au cours des dernières années pour ce spiritueux.

L'eau-de-vie de marc est produite avec les pépins, les peaux et la partie boisée (rafle) des raisins utilisés pour la production du vin. Ces résidus sont distillés et l'alcool est vieilli. L'une des eaux-de-vie de marc les plus connues en France est le Marc de Bourgogne. En Italie, la célèbre Grappa est aussi élaborée de cette façon.

Selon l'oenologue Cyril Payon, beaucoup de vignerons avaient arrêté la production d'eau-de-vie de marc au cours des dernières décennies, jugeant les coûts trop élevés et les ventes à la baisse. Il observe cependant que cette tendance change.

«Ça commence à renaître chez les petits producteurs, dit-il. On voit des eaux-de-vie à base de cépages moins communs comme le picpoul. C'est incroyable!»

Quentin Le Cleac'h vient de reprendre une entreprise de distillateur ambulant, L'Atelier du Bouilleur, dans le sud de la France. Il note l'intérêt grandissant pour les eaux-de-vie de marc et de vin, surtout chez les producteurs de vins bios.

«Les vignerons bios traitent peu leurs vignes et leurs vins, explique M. Le Cleac'h. Ça donne des eaux-de-vie encore meilleures. En plus, ils n'ont pas besoin de s'inquiéter de la conservation du produit, car ce spiritueux n'est pas fragile.»

Le vigneron Virgile Joly, à Saint-Saturnin dans le Languedoc, produit son eau-de-vie de marc depuis 2001. Bien qu'il remarque que plusieurs de ses collègues ont cessé leur production après la crise économique de 2007 à la suite d'une baisse de la demande, il juge que la relance de plusieurs boissons de sa région, comme la Fine de Faugères, une eau-de-vie à base de vin, crée un intérêt chez certains producteurs.

Au Québec, les eaux-de-vie de marc françaises sont rares. Seule une dizaine de produits, vendus entre 41 et 351$, sont disponibles.

Moins de nouveaux produits en 2014

Selon le Président des oenologues de France, il y aura peu de nouveautés dans le monde du vin en 2014. Après des récoltes moins abondantes dans plusieurs pays producteurs d'Europe, il croit que les vignerons vont se concentrer davantage sur leurs produits vedettes, plutôt que d'innover.

«Dans les petits millésimes, c'est le statu quo, précise M. Payon. Les vignerons se concentrent sur ce qu'ils font de mieux.»

Il observe également que les vins plus faibles en alcool, plus fruités et rafraîchissants ont la cote.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer