Serge Hochar, PDG du célèbre vin Château Musar et crédité d'avoir donné au vin libanais une réputation mondiale, est décédé cette semaine dans un accident en mer au Mexique.

Mis à jour le 4 févr. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les magazines viticoles Harpers et Wine Spectator ont qualifié dans leur nécrologie Serge Hochar de «vigneron légendaire» et d'«ambassadeur passionné des vins libanais».

M. Hochar «est l'homme qui a lancé les vins du Liban dans le monde», a indiqué Zafer Chaoui, président de l'Union vinicole du Liban, cité par L'Orient-Le Jour.

Il est décédé à 75 ans le 31 décembre d'un accident en mer alors qu'il était en vacances avec sa famille à Acapulco, précise le le quotidien libanais.

La production de vin au Liban remonte à l'époque des Phéniciens, mais ce n'est que dans les années 70 qu'elle acquiert une renommée mondiale, grâce notamment à Serge Hochar qui a hérité de son père Gaston le vin Château Musar, fondé en 1930.

Après des études d'oenologie à Bordeaux, M. Hochar lance avec son frère ce vin de la vallée de la Békaa (est) sur le marché mondial en 1979, alors son pays sombre dans la guerre civile et que ce conflit détruit le marché local.

À la fin de la guerre, qui dura 15 ans, les bouteilles de Château Musar étaient écoulées presque exclusivement sur le marché mondial, notamment en Grande-Bretagne.

«Quand la guerre civile a pris fin en 1990, il y avait juste cinq vins au Liban. En 2014, il y en avait au moins 50», affirmait M. Hochar dans le New York Times au printemps.