Source ID:; App Source:

Du vin dans une bouteille en carton bientôt à la SAQ

Si le look de sa cuvée Paperboy s'inspire... (Photo fournie par Paper Boy)

Agrandir

Si le look de sa cuvée Paperboy s'inspire de celui d'un contenant de verre traditionnel, le principe de conservation est le même que les viniers.

Photo fournie par Paper Boy

Karyne Duplessis Piché

Collaboration spéciale

La Presse

Un nouveau rouge de Californie fera son entrée au Québec cet été. Sa particularité? Il est vendu dans une bouteille en carton. Recyclable, incassable et légère, la bouteille Paperboy a déjà séduit des millions d'Américains.

La compagnie américaine Truett-Hurst commercialise une vingtaine de différentes marques de vin dans le monde. Elle est connue au Québec pour sa cuvée Curious Beast dont la bouteille est recouverte d'un papier rouge. Truett-Hurst a voulu de nouveau se démarquer en mettant sur le marché une bouteille en carton.

Si le look de sa cuvée Paperboy s'inspire de celui d'un contenant de verre traditionnel, le principe de conservation est le même que les viniers. En effet, un sac de plastique renferme le vin à l'intérieur de la bouteille. Lorsque le liquide sort du sac, celui-ci se referme. Ce procédé permet de protéger le vin de l'oxygène et ainsi de conserver la bouteille une à deux semaines au réfrigérateur une fois ouverte.

Contrairement aux vins en boîte, la bouteille en carton n'affiche pas de date de péremption. Le producteur a plutôt inscrit une date d'embouteillage. Puisque le plastique est moins étanche que le verre, il suggère de consommer le vin entre six et neuf mois après cette date.

Une bouteille écolo

 Lors de nos recherches, on a été estomaqué par la quantité d'énergie utilisée pour la production et le recyclage du verre», explique le président de la compagnie Phil Hurst.

Sa bouteille de carton est recyclable à 91%. Seul le sac de plastique à l'intérieur ne l'est pas. Celui-ci doit d'ailleurs être enlevé et jeté une fois son contenu vidé.

Rejoint en Californie, Phil Hurst est heureux que son nouveau produit soit introduit au Québec, car depuis la fermeture de l'usine Klareco à Longueuil l'an dernier, la majorité du verre n'est plus recyclé dans la province.

«Le carton est une bonne solution à ce problème», ajoute-t-il.

En plus d'être recyclable, la bouteille en carton est six fois plus légère que celles en verre. Son transport émet donc moins de gaz à effets de serre.

On a goûté...

Le Paperboy a été commercialisé pour la première fois l'automne dernier aux États-Unis. En seulement trois mois, il s'est écoulé 25 millions de bouteilles.

Le Québec sera la première province à commercialiser le Paperboy en juillet. Il coûtera 18,95$. L'Ontario a aussi passé une commande.

Le Paperboy rouge est un assemblage de 46 % de zinfandel, de 29% de merlot, 15% de petite sirah et de 10% syrah. Le tout a passé six mois en barriques de chêne françaises et américaines.

Est-ce que c'est bon? Oui. C'est typique des rouges californiens joufflus, peu tanniques et très fruités. Les arômes boisés en bouche sont subtils et bien dosés. Il contient 14,5% d'alcool.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer