La SAQ accordera bientôt de l'importance au poids des bouteilles dans sa grille de sélection des produits. Cette nouvelle stratégie lui permet de réduire son impact environnemental et d'économiser des centaines de milliers de dollars par année.

Karyne Duplessis Piché, collaboration spéciale LA PRESSE

Près de 94 % des produits vendus à la SAQ sont dans des contenants de verre. Le poids standard d'une bouteille de vin est de 510 grammes. En modifiant le design de la bouteille - avec une cavité moins profonde en dessous et un goulot plus court, les fabricants peuvent réduire son poids de 20 %.

Ces bouteilles moins lourdes permettent à la SAQ de remplir davantage les conteneurs de bateau qui transportent les vins et qui ont une limite d'espace ainsi que de poids. En chargeant moins les bateaux, elle réduit ainsi leur production de gaz à effet de serre.

«Ça nous permet d'économiser pratiquement 150 conteneurs de vin par année. C'est majeur», constate le conseiller en environnement de la SAQ, Mario Quintin.

La SAQ reçoit près de 10 000 conteneurs par année. En réduisant le nombre de conteneurs nécessaires, le monopole d'État réalise du même coup des économies de 700 000 $ par année en frais de transport.

On dénombre une centaine de produits disponibles dans le format allégé sur les tablettes de la SAQ. Ce nombre est à la hausse depuis 2010, précise son porte-parole, Renaud Dugas. Cette croissance devrait être encore plus forte au cours des prochains mois, puisque dès janvier prochain elle ajoutera ce critère à sa grille de sélection des produits.

«À produit égal, entre deux vins de la même catégorie, c'est celui dans une bouteille de verre allégé que nous allons choisir», ajoute le porte-parole.

Le producteur argentin Zaccardi a opté au cours des derniers mois pour une bouteille plus légère pour deux de ses très populaires produits de la gamme Fuzion. Et il n'est pas le seul : Mouton Cadet, le sauvignon de Kim Crawford, le Beaujolais Pisse-Dru et la gamme Two Oceans ont aussi modifié leurs bouteilles.

Si le verre allégé permet de réduire les dépenses, les amateurs de vin ne paieront cependant pas leurs bouteilles moins chères, soutient Renaud Dugas.

«L'économie ne se situe pas au niveau de l'achat du produit, elle est plutôt opérationnelle, précise-t-il. En fait, le verre allégé est le même prix que le verre régulier, par conséquent le prix d'achat que nous payons n'est pas affecté.»

La société d'État souhaite bientôt offrir l'ensemble de ses produits courants et de ses produits de spécialité en approvisionnement continue, soit environ 2000 produits, dans ce format allégé.