Source ID:e68a9c05-9892-40ca-be7a-9518ede1de9e; App Source:alfamedia

Du whisky à mettre en cave

Avec un taux d'alcool de plus de 40%,... (Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse)

Agrandir

Avec un taux d'alcool de plus de 40%, l'absence de sucre résiduel et très peu d'huiles essentielles, le whisky évolue beaucoup plus lentement et subtilement que le vin.

Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse

Karyne Duplessis Piché

Collaboration spéciale

La Presse

Les spécialistes en parlent peu, mais le whisky aussi peut se bonifier avec l'âge. Plusieurs collectionneurs attendent d'ailleurs des décennies avant d'ouvrir leurs bouteilles. Et contrairement au vin, ils n'ont aucun doute que la boisson tiendra la route. Voilà peut-être le cadeau original que vous cherchiez pour l'être cher...

Highland Park 18 ans Scotch Single Malt, 180 $... (Photo fournie par le producteur) - image 1.0

Agrandir

Highland Park 18 ans Scotch Single Malt, 180 $ (1022428)

Photo fournie par le producteur

Talisker 10 ans Isle of Skye Scotch Single... (Photo fournie par la SAQ) - image 1.1

Agrandir

Talisker 10 ans Isle of Skye Scotch Single Malt, 79$ (249680)

Photo fournie par la SAQ

Avec un taux d'alcool de plus de 40 %, l'absence de sucre résiduel et très peu d'huiles essentielles, le whisky évolue beaucoup plus lentement et subtilement que le vin. « Mais il évolue », affirme le vigneron alsacien Olivier Humbrecht.

Très connu dans le monde du vin pour ses grands crus, le producteur s'est aussi fait une réputation dans le monde du whisky, grâce entre autres à son imposante collection de plus de 1000 bouteilles.

Auteur du livre Iconic Whisky, Alexandre Vingtier constate lui aussi que certains whiskies se bonifient avec le temps, mais il prévient : il faut être patient.

« Le whisky peut encore gagner en fondu après plusieurs années, voire transformer certains de ses arômes, mais à une vitesse extrêmement lente. »

- Alexandre Vingtier

Pour profiter de ce changement sans attendre, le directeur des services Signature à la SAQ et grand amateur de whisky, Alain Cloutier, conserve plusieurs bouteilles entamées dans sa cave.

« Les gens gardent parfois une bouteille ouverte pendant sept ans, dit-il. Ils la goûtent à différents moments. »

Selon Alexandre Vingtier, l'évolution est plus marquée dans les whiskies tourbés d'Écosse. Les arômes de fumée tendent à s'estomper et à faire place aux notes de fruits. Le taux d'alcool diminue aussi de quelques degrés avec le temps.

Le fondateur de Passion Whisky Québec, Eric Van Hove, note que si le goût du whisky change peu avec le temps, les recettes des distillateurs sont différentes selon les époques.

« À moins que ce soit un whisky provenant d'un fût unique, Single Cask, la grande majorité des produits sont des mélanges, explique M. Van Hove. Le Talisker 10 ans d'il y a 20 ans est différent du mélange vendu aujourd'hui. »

Les recettes changent, les distilleries aussi. Certaines maisons ont carrément disparu. Coup de chance pour les collectionneurs : les bouteilles prennent alors beaucoup de valeur.

C'est le cas de la distillerie Port Ellen, fermée en 1983, dont un amateur de Rimouski avait quelques exemplaires dans sa cave. Son unique collection de plus de 300 bouteilles est maintenant en vente sur Alfred.vin, une boutique en ligne autorisée par la SAQ.

Mais comme pour le vin, la majorité des collectionneurs ne gardent pas les précieux flacons dans l'espoir de les revendre à fort prix. Ils rêvent plutôt d'une dégustation grandiose dans quelques décennies.

TROIS TRUCS POUR GARDER SON WHISKY

À la verticale

  • Contrairement au vin qui doit être conservé à l'horizontale de manière à garder le bouchon de liège humide, les spiritueux se conservent debout. Le fort volume d'alcool peut désagréger le bouchon.

Dans le noir

  • L'emballage de carton dans lequel sont vendues certaines bouteilles de whisky ajoute une touche de prestige. C'est aussi un bon moyen de conserver l'alcool dans l'obscurité. Avec le temps, la lumière peut affecter la couleur du whisky et son goût. Il faut également éviter les variations de température.

Écrire la date d'achat

  • Si l'année de la mise en bouteille n'est pas inscrite sur l'étiquette, Olivier Humbrecht conseille de la noter, et ce, même si la cuvée est millésimée. « Il peut y avoir plusieurs versions d'une même cuvée », dit-il. Pour les assemblages, l'année d'achat servira de référence pour la revente.

DEUX BOUTEILLES À OFFRIR

CLASSIQUE

Alexandre Vingtier conserve des whiskies japonais, des bourbons et des malts tourbés écossais dans sa cave. À prix raisonnable et facile à trouver, il propose de mettre de côté le 10 ans d'âge de Talisker. Un whisky reconnu pour ses notes poivrées et fumées dont les arômes de fruits seront plus accessibles après un repos en cave. Autre idée, le Lagavulin 12 ans brut de fût dont la SAQ a mis en vente une édition 2017. Cette cuvée est idéale pour souligner une naissance ou un anniversaire.

Talisker 10 ans Isle of Skye Scotch Single Malt, 79 $ (249680)

LA GRANDE CUVÉE

Selon Eric Van Hove, les whiskies de la maison écossaise Highland Park sont reconnus pour se bonifier dans la bouteille et dans le verre, une fois versés. Une partie de cet assemblage de 18 ans d'âge a vieilli en fûts de sherry et de bourbon, ce qui amène un éventail d'arômes, dont des fruits confits, des agrumes et des cerises. Il possède aussi des notes de tourbe et une touche saline. Son prix peut sembler élevé, mais il faut considérer le long élevage en fûts, ajoute M. Van Hove.

Highland Park 18 ans Scotch Single Malt, 180 $ (1022428)




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer