Huit des dix provinces canadiennes, incluant le Québec, ne permettent pas d'acheter en ligne du vin provenant de vignobles canadiens. Cette situation déplait à l'Association canadienne des vignerons ainsi qu'à Ottawa, qui a légalisé l'an dernier le transport d'alcool entre les provinces.

Mis à jour le 28 juin 2013
Karyne Duplessis-Piché LA PRESSE

Il y a un an aujourd'hui, Ottawa a aboli une loi datant de la prohibition qui interdisait à un particulier d'acheter de l'alcool dans une province et de le consommer dans une autre. Toutes les provinces ont donné suite à cette loi fédérale, sauf le Québec.

En adoptant ce projet de loi privé du député conservateur Dan Albas, le fédéral chargeait les provinces de déterminer les règles et les modalités d'un nouveau commerce, soit l'achat sur internet d'alcool produit dans les vignobles canadiens.

Jusqu'ici, seuls la Colombie-Britannique et le Manitoba autorisent l'achat en ligne. Selon une source gouvernementale, Ottawa se désole devant la lenteur des provinces à adopter de nouvelles mesures et à préciser les quantités permises.

L'Association des vignerons canadiens attend aussi avec impatience que d'autres provinces emboitent le pas. Dans un communiqué diffusé hier, le président de l'Association Dan Paszkowski explique que cette légalisation ouvrira de nouveaux marchés aux vignerons canadiens.

« La vente et la livraison directe au consommateur pourraient satisfaire la demande, aider les vignobles à se développer et augmenter la vente d'alcool en magasin, avance M. Paszkowski. Ce commerce aidera aussi les communautés rurales et l'ensemble de l'économie canadienne ».

La Société des alcools du Québec (SAQ) n'est pas de cet avis. Elle craint de perdre des revenus, car les consommateurs pourront acheter des vins canadiens directement du vignoble au lieu de passer dans ses succursales.

Toujours illégal au Québec

Le gouvernement Marois a amendé ce printemps sa Loi sur les infractions en matières de boissons alcooliques, mais son règlement n'est toujours pas encore en vigueur. Il est toujours illégal de rapporter au Québec du vin acheté pendant ses vacances en Ontario.

Selon la proposition du ministre des Finances Nicolas Marceau déposée à l'Assemblée nationale le 6 juin, il sera permis d'apporter dans ses bagages trois litres de spiritueux, neuf litres de vin (12 bouteilles) et 24,6 litres de bière achetés dans une autre province. Québec prévoit maintenir l'interdiction d'acheter du vin en ligne dans les vignobles canadiens.

- Avec la collaboration de Joël-Denis Bellavance