C'était il y a bien longtemps, dans un village du sud du Québec... Pour accompagner la dinde du jour de l'An, on servait, chez mes grands-parents, un vin blanc ontarien, nommé le Manoir Saint-David.

Jacques Benoit LA PRESSE

C'était fête, et même les enfants, cousins et cousines regroupés autour d'une petite table, avaient droit à un dé à coudre de ce fameux vin blanc!

Seul souvenir que j'en garde: il était insipide, sans être mauvais, du genre SVNV - sans vices ni vertus, comme disent nos amis français.

C'était aussi l'époque de la Commission des liqueurs (qui allait devenir la Régie des alcools et par la suite la SAQ), d'avant les libre-service, alors qu'il fallait commander ses vins et ses spiritueux à un guichet... comme si on était au confessionnal.

Côté vins, le choix était très limité, mais les prix incroyablement bas. De sorte que les rares amateurs du temps ont pu se constituer d'impressionnantes caves à des prix qui font aujourd'hui rêver.

Exit cette lointaine époque, puisqu'on trouve désormais sur le marché plusieurs milliers de vins, d'à peu près tous les pays producteurs, le consommateur n'ayant désormais que l'embarras du choix.

Que boire, donc, avec la dinde de Noël et du jour de l'An?

Servie traditionnellement avec une farce, et puis une pointe de tourtière, il ne fait pas de doute qu'elle demande du vin rouge.

Et idéalement, à mon sens, un rouge charpenté, à tout le moins bien goûteux, capable de tenir tête à ce cocktail de saveurs. Mais en s'abstenant de servir comme accompagnement de la confiture de canneberges (ou de la gelée de menthe comme certains le font encore), leur goût sucré ne faisant pas bon ménage avec le vin.

En voici donc un choix.

Bolgheri 2008 Volpolo Podere Sapaio, 26,50$ (11002941), ****, $$$, 2010-2017.

Ai-je été trop enthousiaste?... D'une couleur quasi opaque, ce vin italien, de cépages bordelais, surtout de Cabernet Sauvignon (70%), brille par la qualité de ses arômes de petits fruits noirs, relevés d'une nuance chocolatée, l'élevage se faisant en fûts, dont 60% de fûts neufs de chêne français. La bouche suit, dense, bien en chair, bâtie sur des tannins gras, onctueux. Goûté à l'aveugle avec 16 autres vins rouges d'Italie, ce vin commercialisé à prix doux - compte tenu de la qualité - se classait, à mon sens, parmi les meilleurs, avec... Solaia, Ornellaia, etc. Excellent. 14,5% (293 caisses).

Fronsac 2004 Château de La Rivière, 28$ (10273395), *** 1/2,$$$, 2010-2014.

Sans être très concentré, ce beau bordeaux pourra néanmoins se mesurer à la dinde. Fait de Merlot (90%), plus 10% de Cabernet Sauvignon, bien coloré, son bouquet est marqué par des nuances empyreumatiques (genre café froid, tabac, etc.) à cause de son élevage en fûts, dont la moitié de fûts neufs. Un peu plus que moyennement corsé, équilibré, ses tannins sont aimables, et donc bien enrobés. Très bon, quoique 2004 soit un millésime peu réputé. 13% (160 caisses).

@G DU VIN 2 (étoile, prix, notation...):Patagonia 2008 Malbec Reserve Bodega del Fin del Mundo, 17,45$ (11156810), ***,$$, 2010-2013.

Vin d'Argentine, de Malbec, au bouquet de fruits rouges, alléchant quoique plutôt unidimensionnel, avec la bouche qui suit. Charnu, relativement corsé, on retrouve au plan gustatif les mêmes arômes de fruits rouges, sur des tannins tendres. Élevage en fûts (70% de chêne français et 30% de chêne américain). À prix sage. 14% (169 caisses).

Barolo 2005 Fontanafredda, 30,75$ (20214), ***1/2, $$$ 1/2, 2010-2016.

Rouge clair avec des reflets acajou, son bouquet est bien typé, de fruits cuits surtout, avec aussi une nuance comme de goudron. Tannique, ferme, d'une bonne concentration (mais il y a des Barolos plus amples et plus riches), il accompagnera lui aussi fort bien la dinde. L'élevage est fait en foudres. 13,5% (762 caisses).

Haut-Médoc 2008 The Winemakers'Collection Cuvée No 4 Stéphane Derenoncourt, 35,25$ (11341695), ***1/2, $$$ 1/2, 2010-2014.

Une curiosité bordelaise, une parcelle du Château d'Arsac (Margaux) étant vinifiée, année après année, par un vinificateur différent, en 2008 par le réputé Stéphane Derenoncourt. Bouquet distingué, légèrement chocolaté, une bouche un peu plus que moyennement corsée, des tannins de qualité, tel est ce vin... on ne peut plus bordelais. 13% (95 caisses).

Châteauneuf-du-Pape 2007 Haute Pierre Delas, 47,25$ (1194269), ***1/2,$$$$, 2010-2017.

Bien coloré pour l'appellation, et d'un grand millésime, il se présente avec un bouquet ample, généreux, surtout de fruits noirs, avec des notes de Syrah (olives noires) quoique celle-ci ne compte que pour 10% contre 90% de Grenache, avec élevage en foudres de 6000 litres. Suit une bouche dense, pleine d'éclat, aux tannins ronds. On n'est pas loin des quatre étoiles... 15% (36 caisses).