Le finlandais, Nokia, a signé mercredi un protocole d'accord pour ouvrir un centre de recherche à Skolkovo, dans la banlieue de Moscou, où les autorités russes comptent construire une «ville de l'innovation», réplique russe à la «Silicon Valley» américaine.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le protocole d'accord a été signé par Esko Aho, responsable des relations aux entreprises de Nokia, et par le milliardaire russe Viktor Vekselberg, chargé du projet Skolkovo, a indiqué l'entreprise finlandaise, numéro un mondial des téléphones mobiles, dans un communiqué.

Le centre, qui ouvrira en 2011, va notamment mener des recherches sur les nano-technologies pour les futurs téléphones mobiles et sur les nouvelles tendances de consommation, indique le communiqué.

«En tant que leader sur le marché mondial des télécommunications, notre compagnie va contribuer à soutenir la modernisation de l'économie russe et est prête dans le futur à apporter son aide pour la formation des scientifiques et des spécialistes russes», a déclaré Esko Aho, cité dans le communiqué.

Début novembre, le groupe informatique Microsoft a également signé avec M. Vekselberg, un protocole d'accord pour ouvrir un centre de recherche dans cette même région.

Le président russe Dmitri Medvedev a lancé cette année la construction à Skolkovo d'une «ville de  l'innovation» (Innograd, comme existaient Leningrad ou Stalingrad), réponse russe à la Silicon Valley.

Viktor Vekselberg a indiqué que des investissements de l'ordre de «180 à 200 milliards de roubles» (5,9 à 6,5 milliards de dollars) seraient nécessaires pour créer cette «ville de l'innovation».

La Russie tente actuellement de favoriser les nouvelles technologies ce qui lui permettrait de rattraper le retard enregistré dans ce domaine.