Le lancement de l'iPhone 4 d'Apple a tourné au cauchemar vendredi en Nouvelle-Zélande où des centaines d'acheteurs sont repartis bredouilles après des heures d'attente devant les magasins.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le téléphone intelligent d'Apple sort vendredi dans 17 pays dont l'Australie, la Belgique, le Canada, la Suède, Hong Kong ou encore la Finlande ou l'Espagne.

En Nouvelle-Zélande, dès l'aube, des centaines de fan d'Apple en effervescence s'étaient postés devant les boutiques, avant d'être éconduits et informés que la vente ne débuterait que dans l'après-midi.

Quelques heures plus tard, de nouvelles files indiennes se sont formées devant l'entrée des magasins, où les acheteurs se sont vu notifier que seuls les titulaires d'un abonnement Vodafone - opérateur exclusif de l'iPhone - pourraient acheter l'appareil pour cause de pénurie.

La moutarde est montée au nez des clients, qui ont dénoncé «le cauchemar» et «l'échec épique» de ce lancement.

«C'est géré n'importe comment. Vodafone accuse Apple, qui renvoie la balle à Vodafone. Personne ne semble savoir ce qui se passe», a déclaré Jacob Creech, un acheteur de Wellington, sur un site internet spécialisé.

Le lancement de l'iPad avait déjà suscité la controverse en Nouvelle-Zélande, Apple ayant refusé de révéler où l'appareil serait disponible.

En Australie, les acheteurs ont piétiné sous la pluie pendant des heures dans le centre de Sydney avant le début des ventes, à minuit.

De longues files d'attente se déroulaient encore vendredi matin devant les boutiques sous l'oeil d'agents de sécurité.

«Je suis venu parce que j'étais sûr que ce serait la cohue», a déclaré au Sydney Morning Herald Sam Dunster, un étudiant en informatique de 19 ans.

Le premier iPhone, lancé en 2007, a démocratisé les téléphones multifonctions et s'est écoulé à plus de 50 millions d'exemplaires au cours des trois dernières années.

Depuis le lancement de l'iPhone 4 le mois dernier, Apple en a déja vendu plus de trois millions aux États-Unis et sur ses autres marchés prioritaires, mais l'appareil a été l'objet de critiques suite à des problèmes d'antenne et de réception.

Le nouvel l'iPhone et l'iPad ont permis à la firme californienne d'engranger un bénéfice record de 3,25 milliards de dollars américains au premier semestre 2010, en hausse de 78%.