Seuls 2% des Européens effectuent des achats via leur téléphone mobile, selon une enquête menée par le cabinet Forrester dans sept pays d'Europe rendue publique lundi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les Suédois et les Italiens sont les plus actifs, avec 3% d'acheteurs. Les Français arrivent en queue de peloton, seuls 1% d'entre eux étant passés à l'acte.

Globalement, 5% des sondés disent néanmoins s'intéresser à ce mode d'achat, et jusqu'à 10% des Italiens, d'après cette étude conduite auprès de 14.155 personnes en France, Italie, Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Suède et Royaume-Uni en juin et juillet 2009, des chiffres confirmés par les données plus éparses récoltées depuis.

«Il y a encore peu de gens par rapport à l'ensemble des utilisateurs de mobiles qui effectuent des transactions, pour payer une nuit d'hôtel, réserver un billet d'avion, etc.», a déclaré à l'AFP l'analyste Thomas Husson.

«Mais, la dynamique est déclenchée. Le marché est en train de se construire», avec le succès des mobiles multimédias (les smartphones, popularisés par l'iPhone), a-t-il ajouté.

Causes de ce développement encore limité: «la plupart des commerçants commencent seulement à construire leurs offres mobile grand-public», a dit M. Husson. «L'offre n'est pas toujours encore très pertinente, très ergonomique ou facile d'accès», affirme-t-il.

Côté achats, les usagers plébiscitent - en dehors des contenus numériques (jeux, sonneries, etc.) - ceux liés aux transports et aux voyages (billet de train, etc.), ou à la billetterie (théâtre...).