Source ID:; App Source:

Jouer à Columbine: histoire d'une controverse

Danny Ledonne est un jeune homme de 25 ans posé et articulé. Il y a un peu plus d'un an, il s'est retrouvé au centre d'une controverse dont il n'avait pas anticipé l'ampleur. Son jeu vidéo mettant en scène la tuerie de Columbine choquait.

Cette semaine, devant les participants du Sommet international du jeu de Montréal, il a fourni quelques explications sur les motivations qui l'ont poussé à concevoir le jeu «Super Columbine Massacre RPG!».

Il a d'abord expliqué qu'il était lui aussi étudiant au secondaire quand, en 1999, Eric Harris et Dylan Klebold ont tué 15 personnes à l'école secondaire de Littleton, au Colorado.

Il s'est trouvé plusieurs points en commun avec les deux tueurs. Comme eux, il habitait au Colorado. Il avait des goûts musicaux semblables, jouait lui aussi au jeu vidéo «Doom».

«Je voulais comprendre pourquoi c'était arrivé. Internet n'était pas ce qu'il est, les blogues n'étaient pas aussi accessibles. Je n'avais pas de voix», dit Danny Ledonne.

Avec des moyens financiers trop limités pour faire un film, Danny Ledonne découvre qu'il peut aisément faire un jeu vidéo avec le logiciel RPG Maker 2000. Il y insère plusieurs des éléments qu'il a appris au fil des années sur la tuerie de Columbine et les deux meurtriers.

Le jeu est mis à la disposition des internautes gratuitement. Pendant un an, il fait peu de bruit. Puis, il fait surface dans les médias traditionnels. La controverse ne tarde pas à éclater.

«C'était très difficile, se rappelle Danny Ledonne. J'ai pensé retirer le jeu. Je ne gagnais rien de tout ça et j'avais tout à perdre. Mais je me suis dit que j'avais des raisons d'avoir fait ce jeu et que j'allais rester debout.»

En effet, personne ne pourra reprocher à Danny Ledonne de ne pas assumer sa création. Deux ans après l'avoir mise sur Internet, il prend la parole non seulement pour la défendre, mais aussi pour tenter de faire avancer toute une industrie.

«En tant que média, les jeux vidéo sont incompris. Lorsque les jeux ne seront plus entre les mains de quelques joueurs importants, que l'industrie sera décentralisée, je pense que les producteurs indépendants vont prendre plus de risques», dit-il.

Une controverse devenue documentaire

Danny Ledonne se défend d'avoir fait un jeu qui encourage les actes violents. Pour démontrer que les jeux vidéo ne servent pas uniquement au divertissement mais qu'ils peuvent aussi encourager la réflexion et susciter des débats, il a fait un documentaire sur le sujet. «Playing Columbine» devrait être distribué l'an prochain.

Le film récolte notamment les propos de Joel Kornek, un survivant de la tuerie du College Dawson. Après avoir appris que Kimveer Gill, l'auteur de la tuerie, aimait jouer à «Super Columbine Massacre RPG!», il a écrit un courriel à Danny Ledonne.

«S'il te reste un peu d'humanité, tu vas retirer le jeu d'Internet» lui écrivait-il, spécifiant qu'avec six blessures causées par les balles du tireurs, les docteurs le considéraient chanceux d'être encore en vie.

Après plusieurs échanges de courriels, Joel Kornek et Danny Ledonne sont finalement devenus amis.

«Kimveer Gill s'est enfermé dans son sous-sol, personne n'a vérifié s'il était correct. Malgré tout, les gens continuent à blâmer les jeux vidéo plutôt que le fait que personne ne l'ait approché pour lui offrir de l'aide?», demande Joel Kornek dans le documentaire.

Aussi :

Une industrie qui défend ses jeux

Le site Web du film Playing Columbine

Un extrait du film Playing Columbine

Le jeu Super Columbine Massacre RPG! sur Google Video




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 4391933:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer