Source ID:; App Source:

Le Québec réalise son indépendance... sur internet

Jusqu'en 2010, il était seulement possible de marquer... (Photo Thinkstock)

Agrandir

Jusqu'en 2010, il était seulement possible de marquer le caractère québécois d'un site web en ajoutant la double extension «.qc.ca», pour rappeler le caractère canadien de la province francophone. Depuis quatre ans, seul l'extension «.ca» était disponible.

Photo Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MONTRÉAL

Le Québec aura bientôt un statut distinct du reste du Canada sur la grande toile grâce à une reconnaissance d'une autorité de régulation de l'internet.

Dès cet automne, le nom de domaine .quebec sera disponible comme suffixe aux adresses URL pour les sites internet, faisant ainsi du Québec le seul secteur du Canada avec sa propre signature à la place des traditionnels .com et .ca.

Le .quebec fait partie d'une nouvelle vague de noms de domaine de premier niveau pour les codes génériques (gTLD) récemment autorisés par la Société pour l'attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (ICANN) afin d'offrir de nouvelles options aux différentes entreprises ou personnes en ligne.

Les réservations pour les demandes d'achat de domaines .quebec seront acceptées à partir du 2 septembre, selon le groupe qui a demandé la création du domaine, et on s'attend à ce que le suffixe soit disponible à partir du 13 novembre.

L'ICANN a donné le feu vert pour la création du .quebec en avril dernier.

«Nous avons notre propre culture, notre propre manière de faire les choses et nous voulions affirmer notre présence sur internet», a déclaré Michel Philibert, un porte-parole de PointQuébec.

Sur son site internet, PointQuébec soutient que le nom de domaine va aider les entreprises touristiques et les multinationales à se rapprocher de leur clientèle au Québec et les entreprises souhaitant vendre des produits du Québec à se développer.

«Le fait d'avoir notre propre identité sur la toile, le fait de prendre notre place sur la toile, le fait d'exister sur la toile va être bénéfique à long terme pour les entreprises québécoises», a mentionné M. Philibert.

Il a indiqué que le .quebec a été la seule demande faite auprès de l'ICANN au nom d'une région du Canada, mais il croit que d'autres secteurs du pays pourraient rapidement emboîter le pas.

Cependant, le .quebec est loin d'être le seul nouveau nom de domaine lié à une région géographique. L'ICANN a également récemment autorisé des suffixes comme .vegas, .nyc, .miami et .paris.

«Nous faisons partie de la première vague d'un mouvement qui va changer considérablement l'internet», a raconté M. Philibert.

Le gouvernement québécois a appuyé le mouvement derrière le projet .quebec. M. Philibert a mentionné que la province a effectué un prêt afin d'aider à défrayer les frais d'application de 185 000 $ et a ajouté que le projet a été appuyé par tous les partis politiques de la législature.

Il a aussi dit que le gouvernement pourrait éventuellement adopter le suffixe pour ses sites internet, remplaçant ainsi le gouv.qc.ca utilisé présentement.




Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer