Si certaines pages Facebook s'attirent un nombre surprenant de mentions «J'aime», ce n'est peut-être pas en raison de leur popularité.

LA PRESSE

Une émission d'enquête britannique aurait découvert le pot aux roses à Dacca, capitale du Bangladesh, où des entreprises spécialisées dans la création de faux profils permettent à leurs clients d'acquérir de faux fans.

 À lire sur LeMonde.fr