La Chine et l'Indonésie sont en tête du classement des pays dont sont originaires les cyberattaques dans le monde, selon une étude menée par une société de sécurité informatique américaine, publiée mardi.

WASHINGTON AGENCE FRANCE-PRESSE

Au premier trimestre 2013, 34% des cyberattaques étaient originaires de Chine - une part en baisse par rapport au 4e trimestre 2012, quand la Chine était l'origine de 41% de ces attaques informatiques, selon Akamai.

«Ce déclin est très probablement lié à l'irruption de l'Indonésie à la deuxième place du classement», pointe Bill Brenner, un responsable d'Akamai, soulignant le bond réalisé par ce pays d'Asie du Sud-est, passé en un trimestre de 0,7 à 21% des cyberattaques mondiales.

Au troisième rang du classement d'Akamai, les États unis (8,3%), devant la Turquie (4,5%), la Russie (2,7%), l'Inde (2,6%), Taïwan (2,5%), le Brésil (2,2%), la Roumanie (2%) et Hong Kong (1,6%).

«Près de 68% des cyberattaques sont originaires de la région Asie-Pacifique-Océanie, contre 56% au 4e trimestre 2012, sans doute en raison de la hausse massive enregistrée en Indonésie», précise Bill Brenner.

L'Europe était quant à elle l'origine d'un peu moins de 19% de ces cyberattaques, et l'Amérique du Nord et du Sud de 13% environ.