Le trafic internet et le fonctionnement de milliers de sites dans le monde étaient affectés mardi par les dégâts causés par le cyclone Sandy, qui a endommagé des centres d'hébergements de données ou les a privés de courant électrique, selon plusieurs sources du secteur.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le centre du cyclone a touché lundi soir la côte est des États-Unis, provoquant des coupures d'électricité et des inondations majeures, dans une zone où quelque 150 centres d'hébergement de données sont basés entre les États de Virginie, du New Jersey et de New York, selon un décompte du site Datacentermap.

Les centres d'hébergement et de traitement des données informatiques - ou datacenters - sont des noeuds névralgiques où sont hébergés les serveurs renfermant les données stratégiques des entreprises, et où transitent les flux de données des opérateurs télécoms et des hébergeurs de contenus en ligne.

«Des milliers, voire des dizaines de milliers de sites internet, de toute taille et partout dans le monde, sont indisponibles», a indiqué à l'AFP un responsable d'un opérateur européen, sous couvert d'anonymat.

Ainsi, le site français du Huffington Post affiche un message en anglais indiquant qu'en «raison de coupures de courant causées par le cyclone Sandy, notre site connaît des difficultés techniques».

Le Huffington Post explique ainsi être par défaut contraint de publier ses informations sur sa page Facebook ou son compte Twitter (dont les serveurs ne sont pas touchés).

Des sites à forte audience, comme le site américain Gawker.com (actualité et people), la plateforme de chat Zopim ou encore le site spécialisé CafeMom, étaient également indisponibles.

Plusieurs des sites en panne sont hébergés par un datacenter de l'hébergeur américain Datagram, situé à New York et qui a été touché par le cyclone.