Tous ceux qui se demandaient comment Mark Zuckerberg allait profiter des nombreux sites et applications où on peut s'inscrire à l'aide de son compte Facebook ont enfin une réponse: en créant une plateforme publicitaire pour applications tierces.

Alain McKenna, collaboration spéciale LA PRESSE

Depuis mardi, Facebook met effectivement à l'essai une plateforme de bannières publicitaires qui s'afficheront dans les applications pour appareils Android et iOS, ainsi que sur les sites web mobiles participants.

Ces bannières feront la promotion de produits ou services déterminés selon les données que le réseau social possède à propos de l'utilisateur: âge, sexe, région, réseau d'amis, les «J'aime», etc.

>>> Suivez Alain McKenna sur Twitter! (@mcken)

La mécanique est relativement complexe puisqu'à proprement parler, Facebook ne crée par de structure concurrente aux services déjà établis, comme AdMob: l'entreprise pige plutôt dans la banque de pubs et de clients annonceurs de ces réseaux publicitaires afin de proposer du contenu sur mesure à des mobinautes qui utilisent leur compte Facebook dans diverses applications.

Les annonceurs misent la somme qu'ils sont prêts à payer à Facebook pour rejoindre une clientèle cible bien précise.

Le réseau social empoche une part de la somme et distribue le reste aux services utilisés pour arriver à cette fin.

Du côté de Facebook, c'est là une façon de hausser ses revenus sans affecter directement l'expérience d'utilisation de ses propres sites web et applications mobiles, puisque la pub passe par d'autres canaux.

Les experts semblent convaincus que les données qu'il possède sur ses utilisateurs sont si précises que cette nouvelle plateforme publicitaire pourrait rapidement séduire de nombreux annonceurs.

Pour le moment, l'entreprise n'a pas donné d'information complète sur les annonceurs, les régies publicitaires, les applications et les sites partenaires.

La publicité mobile est présentement en forte croissance, plus que la publicité web en général.

On peut tout de même soupçonner qu'advenant un succès de son opération mobile, Facebook prolongera son offre à l'ensemble de la Toile éventuellement.