Apple semble se préparer à lancer un service de comptes musicaux en ligne accessible à partir d'une série d'appareils connectés, qui pourrait, à la différence de services concurrents d'Amazon et Google, bénéficier du soutien des maisons de disques.

Publié le 23 mai 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon la presse et des blogues américains, Apple pourrait présenter ce service dans deux semaines, à l'occasion de sa conférence annuelle pour développeurs qui s'ouvre le 6 juin à San Francisco (Californie, ouest), après avoir négocié avec au moins trois des quatre plus grandes entreprises du disque.

L'avantage d'un tel compte musical stocké sur les serveurs d'Apple, selon le principe de l'informatique dématérialisée (cloud computing), serait d'éviter aux internautes d'avoir à synchroniser leurs tablettes ou baladeurs avec le disque dur d'un ordinateur, toute leur collection musicale étant désormais accessible en ligne.

Apple se lancerait sur ce terrain à la suite d'Amazon et de Google.

Le distributeur en ligne Amazon a déjà lancé fin mars ses services «Cloud Drive» et «Cloud Player» qui permettent à des abonnés de charger leurs collections musicale et vidéo sur les serveurs d'Amazon, d'où elle est accessible sur ordinateur ou sur des appareils fonctionnant sous le système Android de Google.

Google s'est lui même lancé sur le créneau au début du mois avec son service «Google Music», qui permet aux internautes de gérer en ligne leur collection musicale, pour la jouer sur ordinateur, sur téléphone ou sur tablette.

Google Music, lancé en version bêta et sur invitation, n'est toutefois pas un service de vente, seulement un service de gestion de collection, et suppose que les internautes chargent sur le service leur collection préexistante.

Le service d'Apple s'annonce plus complet, notamment grâce à l'existence d'iTunes, la boutique en ligne qui a fait d'Apple un des plus grands disquaires du monde, avec plus de 200 millions de clients et plus de dix milliards de morceaux vendus depuis 2003.