Le géant américain Google s'est défendu mardi d'avoir cédé au gouvernement chinois en annonçant la fin du reroutage automatique des internautes chinois vers son site de Hong Kong, en parlant simplement d'un changement de «tactique».

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous n'avons pas changé de stratégie, seulement de tactique», a indiqué Bill Echikson, porte-parole de Google Europe. «Nous gardons la même position, celle de pas être censuré par la Chine», a-t-il ajouté.

Aussitôt l'annonce faite en Chine, le groupe a multiplié les interventions auprès des médias, envoyant plusieurs mails, notamment à l'AFP, et renvoyant vers des commentaires publiés sur des blogs et favorables à la décision de Google.

Le groupe a annoncé mardi que les internautes chinois ne seront plus automatiquement redirigés vers sa page de Hong Kong, une mesure décidée en mars en plein bras de fer avec les autorités du pays sur la censure d'Internet. Un lien vers le site de Hong Kong sera toutefois disponible sur la page d'accueil chinoise.

Cette décision intervient alors que la licence de Google en Chine arrive à expiration mercredi.

«Si nous continuons à rediriger les utilisateurs, notre licence ICP (Internet content provider) ne sera pas renouvelée (...) Sans cette licence ICP, nous ne pouvons pas opérer un site commercial comme Google.cn -- donc Google serait effectivement dans le noir en Chine», a expliqué sur le blog officiel du groupe son vice-président David Drummond.