Les libertés sur internet doivent être garanties par une législation mondiale prônant l'absence de censure, a plaidé mercredi un rapporteur spécial de l'ONU pendant une visite à Stockholm.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Une des choses à laquelle nous essayons de parvenir, c'est un consensus sur une législation internationale, un consensus de la communauté internationale», a déclaré Frank La Rue, rapporteur spécial de l'ONU pour la promotion et la protection des droits à la liberté d'expression et d'opinion.

Le diplomate onusien a été chargé début juin de rédiger un rapport à propos des libertés sur internet, rapport dont il souhaite faire la base d'un accord international sur la question.

La réglementation devrait être fondée sur la criminalisation des actes illégaux, comme la pédopornographie, a-t-il dit.

«Je pense que nous devons réduire les mécanismes de contrôle. Je pense bien sûr qu'il faut protéger les enfants et combattre la pornographie concernant les enfants. Mais nous devons criminaliser et poursuivre les responsables en justice (...) Censurer internet ne marche pas car il y a toujours des moyens de contourner», a-t-il souligné.

Interrogé sur la durée d'obtention d'un tel consensus, le rapporteur guatémaltèque a admis qu'il ne pouvait donner de date, soulignant que son rapport serait rendu l'an prochain et qu'il «espérait» un consensus.

Carl Bildt, qui avait invité M. La Rue pour évoquer la question, a estimé que la question des libertés sur internet, récemment illustrée par le conflit entre Google et la Chine, serait «au sommet de l'ordre du jour international dans les cinq ans à venir».

Vous avez une nouvelle à nous communiquer ou encore une idée pour un reportage?

Écrivez-nous à technaute@cyberpresse.ca.