Source ID:; App Source:

OhmyNews veut révolutionner le journalisme

AFP
Seoul

«Tout citoyen est un journaliste: ce n'est plus un slogan, c'est une réalité»: Oh Yeon-ho a fondé en 2000 en Corée du Sud le site «OhmyNews». Depuis, jusqu'à deux millions de personnes lisent chaque jour des articles écrits par 50 000 «cyber-reporters».

Mais le vrai succès n'est pas là. C'est plutôt la révolution qu'il a provoquée dans la manière de faire du journalisme, assure le patron de 42 ans dans un entretien à l'AFP.

Quand il a fondé le site en février 2000, quatre employés travaillaient pour lui. Ils sont actuellement 80 à vérifier et relire les articles de cinquante milliers de journalistes amateurs en Corée du Sud.

Jusqu'à deux millions de personnes visitent le site, les jours de grosse actualité. En temps normal, ils sont 500 000 à un million par jour. Le site diffuse jusqu'à 200 articles par jour et, même si les «cyber-reporters» ne reçoivent qu'une vingtaine de dollars par contribution, les propositions continuent à affluer.

Plus de 5000 personnes collaborent pour le site à l'étranger, dont 3000 au Japon. Le site sud-coréen vient de s'implanter directement dans l'archipel nippon grâce à un accord avec le groupe Softbank, gérant du service d'accès internet Yahoo BB! et nouvel opérateur mobile au Japon.

Cette aventure à l'étranger n'est qu'un premier pas pour le site qui a évoqué la possibilité d'une expansion en Chine, en Italie et en Amérique du Sud.

C'est que le concept du «journalisme à la portée de tous» est exportable à travers le monde, assure M. Oh. Les cyber-reporters «viennent de toutes les couches de la société: des écoliers, des femmes au foyer, des policiers, des romanciers, des docteurs et même des politiciens», se félicite-t-il.

«L'actu, ça fait courir les journalistes. La bonne actu, ça fait battre les coeurs. A partir du moment où notre coeur se met à battre, où on s'exclame «Mon Dieu», on doit écrire. C'est ça «Oh my news»» («Oh mon actu»), explique le patron.

Les «guérilleros de l'actu» qui écrivent pour Ohmynews représentent «la voix du peuple souvent ignorée par les médias conventionnels», estime M. Oh, élevé dans l'esprit de contestation depuis sa jeunesse. Dans les années 80, il avait été emprisonné pour avoir milité en tant qu'activiste étudiant contre la dictature militaire. Dans les années 90, il avait rejoint un magazine progressiste.

Il s'envola par la suite pour les États-Unis où il a étudié le journalisme, après un diplôme de littérature en Corée du Sud, mais il a toujours affirmé que les professionnels des médias doivent se mettre au niveau de leur public.

Quant aux critiques qui pointent du doigt les risques de contenu abusif, d'informations erronées voire délibérément falsifiées, le père de Ohmynews admet avoir été parfois victime de canulars, dont certains lui ont valu quelques plaintes devant la justice.

Mais, dit-il, les risques sont minimisés grâce au travail de son personnel formé, qui vérifie les articles. Les journalistes-citoyens sont de plus rappelés à un code d'éthique qui leur interdit la vulgarité, la diffamation et le plagiat.

Quant aux résultats financiers, OhmyNews a accusé une perte lors de ses trois premiers exercices avant d'engranger des bénéfices en 2005, affirme M. Oh, sans donner de chiffres. Pour 2006, il prévoit des nouveaux comptes dans le rouge, en raison des importants investissements réalisés.

Le chiffre d'affaires annuel moyen atteint six milliards de won (6,35 millions de dollars). Il provient à 70% de la publicité, a précisé le patron.

Sur le Web:

- OhmyNews




Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer