Fatigué des bouchons et des chantiers sur votre trajet ? À compter d'aujourd'hui et pendant un mois, votre téléphone pourra les signaler tout seul à la Ville de Montréal. Une nouvelle application, MTL Trajet, se propose de mesurer le temps de déplacement des Montréalais. Une « enquête numérique » qui, promet-on, sera suivie des correctifs nécessaires. Explications.

Karim Benessaieh LA PRESSE

Du crowdsourcing pour la circulation

MTL Trajet est une application mobile gratuite, offerte sur iOS et Android, qui enregistre de façon anonyme le trajet et le temps de déplacement. L'utilisateur définit d'abord s'il est piéton, cycliste, automobiliste ou usager des transports en commun. Il enclenche ensuite le début de l'enregistrement à son départ, puis l'arrête à son arrivée. On demande aux participants d'enregistrer 25 déplacements du 17 octobre au 17 novembre. Toutes les données seront analysées par la suite. « C'est un crowdsourcing massif, résume Harout Chitilian, responsable de la Ville intelligente au comité exécutif de la Ville de Montréal. Les données vont être très utiles, ça va être névralgique pour avoir un portrait plus précis de la situation. »

Concordia s'allie... à la Ville

L'application a été conçue par l'Université Concordia, plus précisément au sein de son laboratoire Transportation Research for Integrated Planning (TRIP). Coût pour la Ville : 25 000 $, « ce qui est très raisonnable », note M. Chitilian. On compte également faire de ce décompte une tradition annuelle, ce qui permettra un suivi plus précis des habitudes de mobilité dans la grande région de Montréal. Les informations recueillies s'ajouteront aux résultats de l'enquête Origine-Destination, tenue tous les cinq ans par l'Agence métropolitaine de transport, la dernière édition datant de 2013. En avril dernier, la Ville de Montréal a en outre conclu un partenariat avec Waze, une application également basée sur le crowdsourcing, ou production participative, pour avoir accès aux données de circulation de ses usagers.

À gagner : prix et compétitivité

Mais pourquoi le simple citoyen accepterait-il d'installer cette application sur son téléphone ? D'abord parce que ceux qui auront tenu leur engagement d'enregistrer 25 déplacements courent la chance de gagner un prix, notamment une carte annuelle OPUS, un iPad, des cartes-cadeaux de 250 $ ou des billets du Canadien. « On espère que c'est contre Nashville, ajoute à la blague M. Chitilian. Mais le principal intérêt, c'est que la mobilité est un enjeu de compétitivité de notre ville. Les citoyens peuvent devenir des acteurs de changement : pour améliorer la mobilité, les données sont une ressource incontournable. »

L'espoir d'une meilleure mobilité

Les chantiers sont nombreux, et l'administration Coderre prend bonne note de la grogne qu'ils suscitent. L'« enquête numérique » basée sur MTL Trajet ne se limitera pas à recueillir des données, mais proposera des solutions, assure M. Chitilian. « Il y a des correctifs qui vont suivre, et cet outil est un pas dans ce sens. » Il rappelle d'autres initiatives de son administration : le Centre de gestion de la mobilité urbaine (CGMU), où l'on surveille et gère le réseau grâce à des caméras et des feux de circulation intelligents, ainsi que le système iBUS, qui permet de suivre en temps réel certains circuits de la Société de transport de Montréal.