Le flamboyant cofondateur d'Apple Steve Wozniak a reçu mercredi un doctorat honorifique de l'Université Concordia, aux côtés de finissants en génie et en informatique.

Marie-Eve Morasse TECHNAUTE.CA

Il organise chaque année une compétition de polo en Segway, a déjà affirmé que l'iPhone l'avait «déçu» et rêve d'un robot qui ressemblerait à un humain. Mais c'est un Steve Wozniak bien sérieux qui s'est présenté ce matin à la Place des Arts pour recevoir son doctorat honorifique.

«The Woz» a accueilli l'honneur avec humilité, affirmant qu'il accordait plus d'importance que jamais à ce type de reconnaissance.

«Avant les honneurs comme ceux-là ne voulaient pas dire grand chose pour moi. Mais maintenant, il n'y a rien de plus important pour moi qu'un diplôme universitaire. Je me suis couché et j'ai pleuré avec le dernier que j'ai reçu», a-t-il confié.

Geek parmi les geeks, Steve Wozniak a rappelé aux finissants qu'il a créé l'ordinateur Apple I avec bien peu de moyens dans les années 70.

«Quand Steve Jobs et moi étions dans notre jeune vingtaine, nous n'avions pas d'argent de côté, pas d'amis qui pouvaient nous en prêter, aucune expérience en affaires», a-t-il dit.

Aujourd'hui, le succès d'Apple n'est plus à prouver. Steve Wozniak croit que les étudiants sauront eux aussi trouver leur voie après leurs études.

«Il y a beaucoup de choses que l'on appelle le succès. Pour certains, le succès sera de faire de l'ingénierie ou de travailler sur un projet différent. Pour d'autres, le succès sera mesuré en fonction de l'argent qu'ils feront», dit-il.

Mais il ne doute pas un instant que d'autres inventions viendront révolutionner la manière dont nous vivons.

«Chaque génération croit que tout a été fait. C'est toujours faux. On se rend toujours à un niveau supérieur. Voyez simplement comment votre vie est influencée par les applications sur cellulaires? Qui aurait pu prédire ça il y a cinq ans?»

Bien qu'il n'en développe pas lui-même («je manque de temps», dit-il), Steve Wozniak est un grand utilisateur d'applications.

«Les applications ne nous coûtent presque rien. Comment en tant qu'adultes pouvons nous avoir autant de plaisir avec aussi peu d'argent?»

Il conseille aux jeunes qui s'intéressent au domaine de l'informatique d'y faire leurs armes. «C'est bien d'avoir un emploi dans une entreprise dans le jour. Mais lâchez les partys le soir et travaillez sur votre propre projet. Faites des applications pour les téléphones!»