Source ID:; App Source:

Québec 2.0

Marc Allard
Le Soleil

À l'image des grandes boîtes et des start-ups de la Silicon Valley qui rêvent de créer le prochain YouTube ou MySpace, les entreprises d'ici tentent de tirer leur épingle du Web 2.0. Mais avec un peu de retard...

En 2006, plusieurs grandes entreprises québécoises se sont converties au Web participatif. Corus a inauguré en octobre CKOI ton blogue, un portail qui héberge les pages personnelles des utilisateurs contenant blogues, photos et vidéos. Telus - qui est aussi fournisseur d'accès Internet - a ouvert sur GlobeTrotter.net une zone de partage et d'archivage de photos en ligne qui ressemble à Flickr. Et Quebecor vient de lancer Espace Canoë, un hybride de MySpace et YouTube.

«On devrait avoir en 2007 d'autres entreprises qui vont se lancer», prédit Simon Larmarche, de chez Adviso, une firme en stratégie de marketing Internet. «Mais on prévoit que plusieurs vont frapper un mur parce qu'elles n'ont pas tous les ingrédients que les MySpace ou les YouTube ont eu pour réussir à ce que ça fonctionne.»

Avec moins de moyens, les petites boîtes de la province tentent tout de même de concevoir des portails à la fine pointe du Web 2.0. Des sites comme étoiles-du-Web.com, tonclip.com et tontuyau.com misent sur le partage et la diffusion de vidéos amateurs, espérant devenir le nouveau centre du Web 2.0 québécois.

Leur stratégie ? «Ils lancent le site, donnent un gros coup et essaient de se faire acheter», explique Mathieu Ouellet, d'IXmédia, une entreprise de Québec spécialisée dans le développement sur le Web. L'ennui, c'est que les petits joueurs ne peuvent pas survivre longtemps. Car des sites comme ceux-là coûtent une fortune en bande passante et en transferts d'information.

De toute façon, poursuit M. Ouellet, petites ou grosses, les boîtes québécoises devraient se concentrer sur l'innovation plutôt que d'immiter nos voisins. «J'ai l'impression qu'elles réagissent trop tard, qu'elles veulent copier le modèle américain deux ou trois ans plus tard. Moi, je pense qu'on est mieux de créer un site vraiment meilleur.»

Vous dites?

Blogue : À mi-chemin entre la page Web et le journal intime, c'est en quelque sorte un carnet sur le Web. Au départ confiné à l'écrit, le blogue fait maintenant place à la photo, à l'audio et à la vidéo. Dans la plupart des cas, les blogues se revoient l'un à l'autre selon les affinités.

Blogosphère : L'ensemble formé par toutes les communautés de blogueurs.

Fil RSS : Outil pour recevoir automatiquement les mises à jour d'un site d'information ou d'un blogue. Il suffit de s'y abonner.

Flogue : Contraction de "faux" et de blogue, il s'agit d'une campagne de communication dissimulée sous la forme d'un blogue anodin, orchestrée par une entreprise ou un politicien.

Podcast : Contraction d'"iPod" et de broadcasting, le podcast est un programme audio diffusé sous forme de fichiers MP3 qu'on peut télécharger sur son baladeur. D'où le mot "baladodiffusion". De plus en plus de radios emploient le nouveau médium pour extraire certaines émissions de leurs grilles et les rendre disponibles sur le Web en écoute différée.

Videocast: C'est la même chose qu'un podcast, mais sous forme de vidéo. Il devrait prendre son essor au fur et à mesure qu'une masse critique d'utilisateurs disposeront d'un baladeur numérique capable de reproduire la vidéo et non seulement le son.

Réseautage social (social networking) : Grâce au réseautage social, vos semblables sont à portée de clic. Le social networking permet de socialiser en ligne sur tout et n'importe quoi, que vous soyez amateur de musique gothique, de pêche à la truite ou de pissenlits. Chaque nouveau membre est invité à créer son profil et à le croiser avec ceux qui partagent ses champs d'intérêts.

Recherche verticale : Plutôt que de chercher de l'information sur le plus grand nombre de pages du Web, les nouveaux acteurs du Web 2.0 s'orientent vers une recherche plus sélective, limitée à un seul domaine d'activité.

Tags : Mots-clés qui permettent d'indexer des contenus que l'on publie sur le Web pour permettre à d'autres internautes de les trouver plus facilement.

Wiki : Application du Web collaboratif dont l'exemple le plus connu est l'encyclopédie en ligne Wikipedia. Un logiciel wiki permet d'ouvrir son site Web à d'autres utilisateurs, qui peuvent en modifier le contenu, en fonction de permissions qui leur sont accordées.

À lire aussi:

- La deuxième vie d'Internet

- Des fans pas si virtuels

- Quand l'exception change la règle




la boite: 4391933:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer