Source ID:; App Source:

La Chine, première puissance numérique?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
AFP
Pékin

La Chine, où un habitant sur dix est internaute, pourrait détrôner dans les deux ans les États-Unis du premier rang mondial pour les usagers d'Internet, un eldorado pour les investisseurs, mais aussi un défi pour les autorités en raison de la fracture numérique croissante.

D'après le dernier rapport du Centre d'information chinois sur l'Internet (CNNIC selon son acronyme en anglais), la Chine comptait, fin 2006, 137 millions d'internautes, soit une progression de 23,4% par rapport à fin 2005, dont 104 millions utilisaient un réseau à large bande.

«C'est un bond important, signifiant qu'un Chinois sur dix est un internaute», a déclaré le président du Centre, Mao Wei.

«Après avoir dépassé 10% (de taux de pénétration), l'Internet chinois connaîtra une période de croissance encore plus rapide», a-t-il ajouté.

Le profil type de l'internaute chinois défini par l'étude est un homme, célibataire, âgé de moins de 35 ans, de formation universitaire avec un revenu mensuel inférieur à 2000 yuans (303$ CA). Il passe en moyenne près de 17 heures par semaine en ligne, contre près de 16 heures en 2005 et 8 heure et demie en 2001.

Pour un autre responsable du CNNIC, Wang Enhai, vu les rythmes de progression, la Chine deviendra rapidement le plus grand marché mondial pour l'Internet devant les États-Unis, où il y a actuellement 210 millions d'internautes.

«Nous pensons qu'il faudra deux ans tout au plus à la Chine pour détrôner les États-Unis», a-t-il estimé.

L'un des défis sera de développer l'usage de l'Internet dans les campagnes et dans les régions de l'ouest défavorisées.

«Il existe une différence dans le développement de l'Internet en Chine entre les villes et les campagnes et entre les régions», souligne le rapport du Centre, mettant en lumière une fracture numérique.

La province du Guangdong (sud), la plus riche, figure au premier rang pour le nombre d'internautes avec 18,31 millions de personnes (13,4%), suivie des autres riches provinces de l'Est (Shandong, Jiangsu et Zhejiang).

Les taux de pénétration à Pékin, Shanghai et Tianjin, sont respectivement de 30,4%, 28,7% et 24,9%, contre 6,8% dans le Qinghai, une région défavorisée du Nord-Ouest, et 5,8% au Tibet.

Cependant, souligne Huang Hui, directeur d'un centre d'études spécialisé sur l'Internet à l'Académie des sciences sociales de Shanghai, la Chine est encore loin d'atteindre les États-Unis en terme de revenus.

«En ce qui concerne le commerce électronique, la Chine ne peut pas rattraper les États-Unis, car ils ont plus d'acheteurs en ligne, ils ont des systèmes de paiement sécurisés et modernes et les cartes de crédit sont largement utilisées», explique-t-il.

Malgré tout, les géants de l'Internet misent sur le développement du marché chinois, en dépit des vives critiques des associations de défense des droits de l'Homme qui dénoncent leur politique de collaboration au contrôle politique du réseau par le régime communiste.

Le cabinet IResearch prévoit une explosion du commerce électronique en Chine, de 5,6 milliards de yuans (721 millions de dollars) en 2005 à 46 milliards de yuans cette année (5,9 milliards de dollars).

Cependant, s'il y a un domaine où la Chine et les États-Unis se retrouvent, c'est dans la diffusion des pourriels, les deux puissances étant responsables de près de deux tiers de ces courriels indésirables ou pourriels envoyés dans le monde en 2006 : 34,2% à partir des États-Unis, 31% à partir de la Chine, selon la firme de sécurité Sophos.




la boite: 4391933:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer