• Accueil > 
  • SUITE 
  • > « C'est arrivé... quand on s'est rassemblés » 

Forts tous ensemble

« C'est arrivé... quand on s'est rassemblés »

  • <strong>C'est arrivé... au Café de la montagne<br /></strong>Passionnée de cuisine, elle a ouvert son café en rassemblant son monde. Portrait d'une femme qui a le don de bien s'entourer. (Crédit photo Stéphanie Lambert)

    Plein écran

    C'est arrivé... au Café de la montagne
    Passionnée de cuisine, elle a ouvert son café en rassemblant son monde. Portrait d'une femme qui a le don de bien s'entourer.

    Crédit photo Stéphanie Lambert

  • 1 / 4
  •  (Crédit photo Stéphanie Lambert)

    Plein écran

    Crédit photo Stéphanie Lambert

  • 2 / 4
  •  (Crédit photo Stéphanie Lambert)

    Plein écran

    Crédit photo Stéphanie Lambert

  • 3 / 4
  •  (Crédit photo Stéphanie Lambert)

    Plein écran

    Crédit photo Stéphanie Lambert

  • 4 / 4

Cuisiner pour ceux qu'elle aime a toujours fait partie de sa vie. Aussi, quand Diane Labelle en a eu assez de sa brillante carrière en publicité, elle est retournée sur les bancs d'école apprendre le métier de cuisinière. Sans le savoir, un projet de café allait germer, et ce projet entraînerait son chum, ses fils et son nouveau camarade de classe.

À 6 heures du matin, Diane Labelle commence sa journée au Café de la montagne, situé au pied du mont Royal : « Certains jours, c'est plus dur, mais je sais que Régis est là, qu'Antoine et Félix s'en viennent, et que Guilherme ne tardera pas. » Et ça la rend heureuse, Diane, de se retrouver ainsi « en famille » au boulot.

Un clan embryonnaire

Dans son ancienne vie, lorsqu'elle occupait des postes de direction en agence, elle avait eu l'occasion de travailler avec ses fils - Félix, 29 ans, et Antoine, 25 ans - sur des petits mandats. La chimie était au rendez-vous. Même chose pour les rénos à la maison où chacun mettait l'épaule à la roue. Mais jamais n'aurait-elle pensé en faire des alliés à part entière. Régis, son amoureux ? Il fabriquait des meubles dans son entreprise d'ébénisterie. Guilherme, lui, n'était pas encore dans le portrait.

Le déclic

Le vent allait tourner à l'automne 2016. Diane avait envie de changer d'air après plus de 20 ans dans le milieu de la pub et des médias interactifs.

« Je me suis dit : si je ne change pas de carrière maintenant, je ne le ferai jamais. »

La cuisine, bien sûr, interpellait cette épicurienne-née, experte pour régaler les tablées. Mais pas question de se lancer en restauration sans formation. En janvier 2017, elle entamait in extremis le programme d'études professionnelles en cuisine à l'École hôtelière de la Capitale, à 54 ans. Pas facile ! Non seulement elle quittait Montréal pour Québec, mais elle se retrouvait entourée de jeunes de 18 ans. « J'avais l'âge du prof », s'esclaffe-t-elle. Très vite, pourtant, elle s'est sentie à sa place : « Je me redonnais un métier. Tout pouvait ensuite arriver. »

L'étincelle

Et c'est justement ce qui s'est produit. Cet été-là, Régis la rejoignait pour faire son diplôme d'études professionnelles en pâtisserie. « En me voyant triper, il a eu le goût de faire le saut lui aussi. On allait à l'école ensemble. C'est rare, ça, dans une vie de couple ! » jure Diane en souriant.

Après une enfilade de stages dans les cuisines d'établissements réputés, à s'échiner debout à préparer les aliments, elle s'est prise à rêver : et si elle ouvrait son propre café ? Régis, bien sûr, a embarqué.

Les week-ends, le couple ratissait la métropole pour y trouver un local. En entrant dans celui de l'avenue du Parc, le rêve est devenu réalité : il y avait un espace pour la restauration et un autre pour la pâtisserie. Le 1er juillet 2018, Diane et Régis prenaient possession des lieux, qu'ils rebaptiseraient Café de la montagne.

L'union fait la force

Tout naturellement, les garçons se sont greffés à eux. « Félix, c'est un touche-à-tout, dit Diane, fièrement. Il s'occupe du site web, du marketing, de la comptabilité... Antoine, c'est un roc, responsable du service, de l'embauche et des horaires. »

Même si ni l'un ni l'autre ne se destinent à une carrière en restauration - Félix s'intéresse à l'agriculture urbaine et Antoine étudie le droit -, ils se donnent à 100 %, épaulés par leurs blondes.

Et Guilherme, dans tout ça ? Dès le départ, Diane l'a appelé en renfort. « On a étudié ensemble, cuisiné côte à côte et fait tous nos travaux de session en équipe. Il a une solide expérience, un talent fou et le désir de s'investir. » Brésilien d'origine, le jeune trentenaire s'est trouvé ici une nouvelle famille.

« Toute seule, je n'aurais jamais pu me lancer dans l'aventure, reconnaît Diane. Des épreuves, il y en aura. Mais je sais qu'on peut compter les uns sur les autres. Ensemble, on est forts. »

Visitez le site web du Café de la montagne

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Jumeaux : 6 fascinantes anecdotes

    SUITE

    Jumeaux : 6 fascinantes anecdotes

    « L'homme est un être sociable; la nature l'a fait pour vivre avec ses semblables », disait Aristote. Il faut croire que cette réalité biologique est... »

  • C'est arrivé après le 11 septembre

    SUITE

    C'est arrivé après le 11 septembre

    Retour en 2001. Sophie Larose est courtière en valeurs mobilières et enseigne la planification financière à l'Université du Québec à Montréal. Le 11... »

  • Retour sur notre article - « C'est arrivé... et tout a changé! »

    SUITE

    Retour sur notre article - « C'est arrivé... et tout a changé! »

    En août dernier, nous avons raconté la touchante histoire de Véronique Lettre, cette femme qui a complètement changé de rythme à la suite de deux... »

  • « C'est arrivé... dans un cours d'histoire »

    SUITE

    « C'est arrivé... dans un cours d'histoire »

    C'est à la suite d'un simple commentaire d'un élève que Mathieu Beauséjour, professeur d'histoire au secondaire, a vu sa vie professionnelle... »

  • Retour sur notre article : « C'est arrivé au marathon »

    SUITE

    Retour sur notre article : « C'est arrivé au marathon »

    En juillet dernier, nous avons raconté l'histoire de Jean Robitaille, ce coureur qui, lors du demi-marathon hypothermique, avait fait preuve d'une... »

  • « C'est arrivé quand j'ai foncé pour vrai! »

    SUITE

    « C'est arrivé quand j'ai foncé pour vrai! »

    Veuve à 38 ans, Andrée-Anne Guénette a développé un féroce appétit pour la vie. Partir en Israël? Écrire un livre? S'acheter pour la première fois...... »

  • « C'est arrivé... et tout a changé! »

    SUITE

    « C'est arrivé... et tout a changé! »

    Véronique Lettre avait 36 ans, deux jeunes enfants, un amoureux et un poste de vice-présidente dans une firme de publicité quand elle a reçu un... »

  • « C'est arrivé au marathon »

    SUITE

    « C'est arrivé au marathon »

    Le 4 mars dernier, Jean Robitaille participait au demi-marathon hypothermique sur le circuit du parc Jean-Drapeau. Il mesurait sa progression en vue... »

  • « C'est arrivé en me baladant... »

    SUITE

    « C'est arrivé en me baladant... »

    C'était au printemps, il y a 18 ans. Louise Descarie, la présidente de La Tête Chercheuse, à Montréal, furetait dans les rues de Saint-Henri, autour... »

  • « C'est arrivé à vélo »

    SUITE

    « C'est arrivé à vélo »

    Bruno Scarsella travaillait à l'usine familiale depuis l'âge de 16 ans. Il aimait le vélo. Il rêvait  de traverser le Canada sur sa bécane. Un jour,... »

La liste:-1:liste; la boite:4293772:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:2333426:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:2320468:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:4297547:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer