• Accueil > 
  • SUITE 
  • > Des livres et des réfugié-e-s, une maison d'édition pour aider les réfugiés 

Créer l'utile en entrepreneuriat

Des livres et des réfugié-e-s, une maison d'édition pour aider les réfugiés

Adis Simidzija... (Collection personnelle Adis Simidzija)

Agrandir

Adis Simidzija

Collection personnelle Adis Simidzija

À Trois-Rivières, l'auteur et entrepreneur Adis Simidzija a mis sur pied une petite maison d'édition dont les profits sont destinés à faciliter l'intégration sociale et scolaire des enfants réfugiés.

« Quand je suis arrivé au Québec, je ne comprenais rien au français. J'étais réduit à pleurer pour dire "j'ai faim" ou à crier pour dire "j'ai peur". Mais j'avais presque 10 ans! » C'est pour tenter d'apaiser le coeur des petits réfugiés qu'il a mis sur pied son projet. La maison d'édition sans but lucratif qu'il a créée offre livres, matériel scolaire, soutien financier et une bonne dose d'amitié aux immigrants de la région de la Mauricie.

Pour bien saisir ce qui a poussé cet auteur et entrepreneur à aller dans cette voie, il faut comprendre d'où il vient. Adis Simidzija est un réfugié de guerre. Il est arrivé de Mostar, en Bosnie-Herzégovine, alors que les Balkans étaient à feu et à sang. C'était en avril 1998. Il avait 9 ans et demi. Il était accompagné de son grand frère et de sa mère. Son père, six années plus tôt, avait été assassiné avec des centaines d'autres civils.

L'écriture : un art salvateur

La langue française est venue à lui comme une bouée. C'est son enseignante de l'époque, à l'école Saint-Philippe de Trois-Rivières, qui l'a pris sous son aile. « Elle me disait : "Écris quelque chose, Adis, n'importe quoi, ce n'est pas grave." Je me sentais écouté, compris, en sécurité. Elle a bâti un pont entre moi et le reste du monde », explique-t-il. L'écriture est venue ensuite, comme une catharsis.

Aujourd'hui, le trentenaire s'applique à se remémorer cette enfance dont il a oublié de grands bouts - instinct de survie oblige -, notamment le nom de cette enseignante pourtant si importante, et qu'il souhaiterait tant retrouver. « Elle m'a ouvert les portes de mon nouveau pays et d'une culture à laquelle je devais m'identifier, jure-t-il. Ce qu'elle a fait pour moi était nécessaire. J'avais beaucoup de choses à apprendre, elle m'a montré que c'était possible. »

« Je dis oui à l'art et à la littérature, mais à condition que ça serve! L'art doit pouvoir apaiser, embellir, dénoncer, faire comprendre... Mais l'art conserve le devoir moral d'être utile. » - Adis Simidzija, fondateur de Des livres et des réfugié-e-s

Un conteur est né

Pour que son organisme sans but lucratif puisse amasser des fonds, l'étudiant à la maîtrise s'est fait entrepreneur. « J'ai trouvé un imprimeur local qui accepte de produire seulement 100 copies à la fois, une illustratrice qui fait don de ses dessins et une multitude de bonnes âmes qui prêtent mainforte gratuitement », souligne-t-il. L'an dernier, Adis et un collectif d'auteurs ont vendu 350 exemplaires de leur recueil Les âmes crépusculaires. « En plus d'aider les familles de la région, dit-il, nous avons offert une bourse de 1 000 $ à une doctorante de l'Université du Québec à Trois-Rivières qui a créé un programme d'intégration pour les parents et les enfants réfugiés. »  

Pour le moment, la Mauricie est le seul territoire que l'organisme arrive à couvrir : « Nous avons mis sur pied un solide conseil d'administration et j'espère que dans un avenir rapproché, nos campagnes de sociofinancement nous permettront d'aider des réfugiés de plusieurs régions du Québec. »

**********

Avec son deuxième ouvrage, Adis tient à recoller les morceaux de sa propre expérience d'immigration. Le texte de Confessions d'un enfant du XXIe siècle, à la fois narratif et poétique, raconte l'histoire d'un enfant de la guerre. Adis mettra bientôt un troisième ouvrage au profit de Des livres et des réfugié-e-s. Intitulé Les ponts à construire, le recueil de récits sera préfacé par l'auteur Robert Lalonde. « L'apprentissage de la langue et d'une nouvelle culture à un jeune âge a été salvateur pour moi, mentionne-t-il. C'est maintenant cette perche qui m'a été tendue que je souhaite diriger vers de jeunes réfugiés. »

Pour acheter un livre

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Dialogue, une clinique santé virtuelle

    SUITE

    Dialogue, une clinique santé virtuelle

    À Montréal, Anna Chif a cofondé la société québécoise Dialogue, qui fournit des services virtuels en santé, dont des consultations en ligne avec du... »

  • Communauto, un service d'autopartage

    SUITE

    Communauto, un service d'autopartage

    À Québec, un étudiant en aménagement du territoire met sur pied un service destiné à concurrencer la propriété automobile. Il crée ainsi ce qui... »

  • 6 services à domicile qui gagnent à être connus

    SUITE

    6 services à domicile qui gagnent à être connus

    On a tous, à l'occasion, l'impression d'avoir un agenda de ministre. C'est là où les services à domicile arrivent comme un cadeau du ciel.... »

  • 5 chiens bienfaiteurs

    SUITE

    5 chiens bienfaiteurs

    L'influence des animaux pour calmer et réconforter est indéniable. Mais plusieurs personnes en tirent des bienfaits encore plus grands. Les chiens... »

  • Trucs futés qui facilitent la vie

    SUITE

    Trucs futés qui facilitent la vie

    Toujours en quête de nouvelles astuces pour simplifier la routine, l'équipe de Suite a répertorié des raccourcis malins (qui fonctionnent vraiment!)... »

  • Quand lire pousse à l'action

    SUITE

    Quand lire pousse à l'action

    Pas toujours facile de sortir de sa zone de confort pour changer des aspects de sa vie ou tenter quelque chose de complètement nouveau. Avec ces... »

  • Changer de tempo : de commis à élagueur

    SUITE

    Changer de tempo : de commis à élagueur

    Une mise à pied, une maladie ou un désir profond de faire autre chose peuvent s'avérer d'excellents déclencheurs pour gagner sa vie autrement. Voici... »

  • Prendre racine ici

    SUITE

    Prendre racine ici

    Zoheir Ferdjioui et Amel Tnani approchaient la quarantaine lorsqu'ils sont venus s'installer au Québec. La vie était pourtant douce en Algérie pour... »

  • Prendre racine ailleurs

    SUITE

    Prendre racine ailleurs

    Ali Nafii et Kristina McGovern forment un couple depuis quatre ans. Ils ont quitté Montréal pour aller vivre leur rêve américain. À 29 et 27... »

  • Créer l'utile

    SUITE

    Créer l'utile

    Objets, activités, lieux, produits...Tous les mois, découvrez ce qui est nouveau, intéressant, pratique ou beau. Ou tout ça à la fois. Des... »

La liste:-1:liste; la boite:4293772:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:2333426:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:2320468:box; tpl:html.tpl:file
La liste:-1:liste; la boite:4297547:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer