Le skeletonneur canadien Mike Douglas ne peut toujours pas croire que son rêve olympique a été détruit parce qu'il est arrivé trois minutes en retard pour retirer les protecteurs de son skeleton.

Mis à jour le 20 févr. 2010
Dean Bennett LA PRESSE CANADIENNE

L'athlète de 38 ans a avoué qu'il était déconcerté au lendemain de sa disqualification avant les deux dernières manches de l'épreuve masculine à Whistler.

Il a raconté qu'ils étaient en train de regarder la course des filles et qu'ils ont oublié d'enlever les protecteurs des patins. Il a toutefois précisé qu'ils n'étaient plus là pour la course. C'est pourquoi la disqualification est difficile à accepter.

Selon le porte-parole de la Fédération internationale de bobsleigh, Don Krone, les règles devraient plutôt être renforcées pour s'assurer que ce soit juste pour tout le monde.

Tous les skeletons des compétiteurs doivent être placés dans un endroit réservé au plus tard 45 minutes avant le début de la course, a-t-il expliqué. C'est pour s'assurer que le skeletonneur ne tire pas avantage en changeant les réglages de son skeleton à la dernière minute si les conditions climatiques ont changé.

L'une des raisons, c'est que les skeleton doivent être à découvert pour être tous à la même température ambiante. Ceux qui seraient couverts, par exemple, seraient plus chauds et ils feraient fondre la glace pour ainsi prendre plus de vitesse.

Au moment de sa disqualification, Douglas était septième sur 28 participants, à 13 centièmes de seconde de la troisième place.