Je ne connaissais pas la mère de Joannie Rochette, sinon pour l'avoir croisée aux derniers Championnats canadiens de London, le mois dernier. Assise derrière moi dans une salle bondée, elle applaudissait la nomination de sa fille dans l'équipe olympique. Un beau moment, vécu en famille grâce à une initiative de Patinage Canada. Je ne la connaissais pas, mais si, un peu. Joannie en parlait constamment. Elle était à la fois un modèle et une grande complice.

Mis à jour le 22 févr. 2010
Simon Drouin LA PRESSE

Sa mère était celle vers qui elle se tournait quand ça ne fonctionnait pas à son

goût sur la glace. Ou simplement quand elle avait de la peine. Elle sautait dans sa voiture pour aller la visiter à la résidence familiale de l'île Dupas.

 

Aux sélections olympiques d'Ottawa, il y a quatre ans, Joannie m'avait raconté que sa mère était incapable de la regarder patiner. Trop nerveuse, elle tournait le dos et devait se fier aux réactions de la foule.

Joannie avait 6 ans quand sa mère l'a inscrite au club de Berthierville pour qu'elle se fasse des amis. Elle était de tous les combats dans ce sport impitoyable pour le portefeuille, organisant soupers spaghettis et campagnes de financement. Elle a aussi accepté de laisser partir sa fille à l'adolescence pour lui permettre de passer à l'échelon supérieur.

Joannie Rochette est sans contredit l'athlète québécoise dont je suis le plus proche. Généreuse, elle m'a appris à aimer un sport souvent mal interprété. Son approche familière m'a parfois valu des regards inquisiteurs de la part des collègues anglophones. Plus récemment, je me suis rapproché davantage d'elle en écrivant son blogue olympique pour Cyberpresse.

Je ne connaissais pas Thérèse Rochette. Mais l'annonce de sa mort subite au moment où Joannie s'apprêtait à vivre le rêve de sa vie m'a ébranlé hier matin. J'ai évidemment pensé à Sylvie Fréchette et à la mort tragique de son conjoint juste avant les Jeux olympiques de Barcelone. Dans un livre, elle raconte qu'elle avait été surprise et touchée par la haie d'honneur déployée par les journalistes à l'aéroport avant son départ. Si c'était possible, on en aurait tracé une hier entre Whistler et Vancouver.

 

Catherine HandfieldLes épreuves de patinage artistique féminin auront lieu demain et jeudi...

Les épreuves de patinage artistique féminin auront lieu demain et jeudi au Pacific Coliseum de Vancouver. Le programme court est prévu demain à 19h30, heure de Montréal. Les Québécoises Cynthia Phaneuf et Joannie Rochette, deux seules participantes canadiennes, passeront respectivement en 15e et 26e positions sur un total de 30 compétitrices. Le programme libre aura lieu jeudi à 20h, heure de Montréal.