Le milieu du patinage artistique a fait part de sa tristesse et a offert son soutien à la Canadienne Joannie Rochette, dimanche, après l'annonce du décès soudain de sa mère.

Mis à jour le 21 févr. 2010
LA PRESSE CANADIENNE

«C'est une tragédie et je suis un peu sous le choc», a dit l'ancien médaillé d'argent olympique canadien Brian Orser, qui entraîne aujourd'hui la championne du monde sud-coréenne Kim Yu-Na. «Je ne peux imaginer ce que Joannie doit ressentir, mais je sais qu'elle trouvera de la force et du courage auprès de ses amis sur l'équipe, de son entraîneur et de millions d'admirateurs», a-t-il ajouté.

Kim Yu-Na, qui a appris la nouvelle avant d'aller s'entraîner, a offert ses sympathies à la patineuse. «J'espère qu'elle passera à travers l'épreuve et qu'elle sera de retour bientôt», a-t-elle exprimé.

Thérèse Rochette est morte pendant la nuit à l'hôpital, à l'âge de 55 ans. Aucun détail n'a été donné quant à la cause du décès.

«Nous sommes tous sous le choc et attristés», a dit, dans une déclaration, l'ancien médaillé de bronze canadien Jeff Buttle, un bon ami de Joannie Rochette. «Joannie est une personne forte et je suis là pour l'aider et l'appuyer du mieux que je le pourrai. La meilleure chose que nous puissions faire pour elle est de respecter son intimité pour le moment.»

Sa coéquipière Cynthia Phaneuf, qui a terminé deuxième, tout juste derrière Rochette, aux championnats canadiens, a offert ses sympathies, tout en admirant le courage de la jeune femme devant la tragédie.

«C'est horrible. C'est une mauvaise nouvelle, même pour l'équipe, nous l'appuyons, a dit Phaneuf, qui s'est entraînée en même temps que Rochette dimanche. Il y a rien de plus douloureux que de perdre sa mère; c'est à ce moment que vous réalisez à quel point la famille est importante. Joannie est une personne très courageuse, et juste de la voir là, ce matin, à l'entraînement, j'ai été très impressionnée. Elle est tellement forte. Etre ici et pouvoir compétitionner après cela, elle m'impressionne beaucoup.»

Phaneuf soutient la décision de sa coéquipière de participer à son épreuve olympique. «Je crois qu'elle fait la bonne chose. Elle n'ira pas mieux si elle reste dans sa chambre, a-t-elle soutenu. Je crois que c'est la meilleure chose à faire. Etre là, cela montre à quel point elle est forte.»

«Quand vous perdez quelqu'un, vous ne voulez pas beaucoup parler. Je lui ai seulement dit que j'étais là pour elle si elle avait besoin de parler ou de quoi que ce soit. Je serai là, je l'appuierai jusqu'à la fin», a-t-elle ajouté.

La nouvelle du décès de la mère de la patineuse s'est propagée rapidement au Pacific Coliseum, où ont lieu les épreuves de patinage artistique.

«Je ne peux même pas imaginer ce qu'elle vit en ce moment, a dit Frank Carroll, qui entraîne Mirai Nagasu et le médaillé d'or Evan Lysacek. Il faut une telle force pour se présenter et contrôler ses émotions comme si tout était normal. (...) C'est horrible, horrible.»

Les membres de l'équipe canadienne de patinage de vitesse courte piste ont aussi été secoués en apprenant la nouvelle, dimanche matin. Joannie Rochette a en quelque sorte fait partie de leur famille pendant des années alors qu'elle était la conjointe du patineur François-Louis Tremblay. Le couple s'est séparé l'automne dernier. L'entraîneur Yves Hamelin a indiqué que Tremblay a été très attristé en apprenant la nouvelle.

A Whistler, l'athlète de skeleton Mellisa Hollingsworth a décrit Joannie Rochette comme «une fille extraordinaire».

«Je l'ai vue à la cérémonie d'ouverture et j'ai pris une photo avec elle, a-t-elle raconté. Elle est certainement une bonne ambassadrice pour notre pays et je ne peux imaginer ce qu'elle doit vivre en ce moment. Je voudrais seulement la serrer dans mes bras.»