N'eût été de la mort tragique d'un athlète dès la première journée des Jeux olympiques à Vancouver, le président du Comité international olympique (CIO), Jacques Rogge, aurait donné une note parfaite aux organisateurs de l'événement.

Mis à jour le 20 févr. 2010
LA PRESSE CANADIENNE

C'est ce qu'il a indiqué samedi lors d'une entrevue à La Presse Canadienne, sur le site olympique.

M. Rogge n'a pas manqué de souligner à quel point toute la ville est en fête et unie pour faire de cet événement un véritable happening. Il faut dire que le centre-ville de Vancouver est très animé, particulièrement la nuit où les rues sont bondées jusqu'aux petites heures du matin.

«Ecoutez, ces Jeux seront malheureusement toujours associés à la mort d'un athlète, mais en dehors de cet aspect que nous n'oublierons jamais je dois rendre hommage au comité d'organisation et au Canada pour la façon exemplaire dont ils ont organisé ces Jeux.»

Les gens, l'ambiance et le niveau de compétition figurent parmi les aspects qui impressionnent celui qui préside le CIO depuis 2001.

«Les athlètes, et c'est pour eux que nous faisons les Jeux, sont très heureux. Ils ont des compétitions de plus haut niveau avec un public chaleureux, mais aussi très «fair play'. Il y a une athmosphère unique dans la ville. Les audiences à la télévision autour du monde sont véritablement très hautes. Donc nous sommes très, très heureux.»

Contrairement à d'autres, M. Rogge semble aussi plutôt satisfait de la présence du français à ces Jeux d'hiver.

«Oui je suis heureux parce que les annonces sont faites en français et en anglais. Les affiches sont bilingues, donc je crois qu'il n'y a pas de problème et n'oubliez pas une chose : la première médaille d'or du Canada a été gagnée par un francophone (Alexandre Bilodeau).»

Jacques Rogge croit d'ailleurs que le programme de financement fédéral »A nous le podium», qui a octroyé 117 millions $ depuis cinq ans pour donner les outils nécessaires aux athlètes canadiens en vue de ces Jeux en sol canadien, a porté ses fruits.

«Vous n'aviez aucune médaille d'or aux Jeux de Calgary et de Montréal. Le Canada en a déjà quatre depuis le début des Jeux de Vancouver.»

Ancien olympien lui-même, en voile aux Jeux olympiques de Montréal (1976), Munich (1972) et Mexico (1968), le Belge compte aussi profiter des Jeux de Vancouver pour faire comme les autres amateurs de sport.

«Oh oui! J'essaie de voir le plus de compétitions possibles. Je vais d'un site à l'autre par ma passion pour le sport.»