Le Norvégien Edvald Boasson Hagen a remporté la 17e étape du Tour de France, mercredi, la première de trois à avoir lieu dans les Alpes. Thomas Voeckler a conservé le maillot jaune, mais il a perdu du temps à la suite d'une sortie de route survenue lors de la descente finale.

Mis à jour le 20 juill. 2011
ASSOCIATED PRESS

Boasson Hagen faisait partie d'un groupe de coureurs qui s'est mis à la poursuite du seul échappé, l'Espagnol Ruben Perez Moreno, dans les dernières kilomètres du parcours menant au village italien de Pinerolo. Il s'est ensuite détaché et terminé seul, s'emparant de sa deuxième victoire d'étape cette année.

Boasson Hagen a complété les 179 km à travers les Alpes en quatre heures 18 minutes.

La deuxième place est allée au Néerlandais Bauke Mollema, à 40 secondes du gagnant, après que le Français Jonathan Hivert eut chuté dans la périlleuse descente finale de Pramartino. Le Français Sandy Casar a fini troisième.

Boasson Hagen a, d'une certaine façon, obtenu sa revanche pour la veille, alors qu'il avait dû se contenter mardi de la deuxième place derrière son compatriote Thor Hushovd. Celui-ci l'a alors emporté après avoir vu le Canadien Ryder Hesjedal lui préparer la table.

«C'était très difficile (mardi) et aujourd'hui j'ai pu faire mieux, a noté Boasson Hagen. Je ne voulais pas perdre aujourd'hui.»

Un jour après avoir fini troisième d'étape, Hesjedal s'est contenté du 44e rang, mercredi, pour conserver sa 28e place au classement général.

Le champion en titre Alberto Contador a effectué plusieurs efforts pour se détacher de ses rivaux, mais il a été rattrapé à chaque fois. Il a terminé dans le même temps que Cadel Evans, les frères Schleck et Samuel Sanchez.

Voeckler a vu son avance fondre de 27 secondes. Celle-ci s'établit maintenant à 1:18 sur Evans.

Voeckler a effectué une sortie de route dans la dernière descente, sans chuter toutefois. Il a avoué avoir fermé les yeux tellement il s'attendait à vivre une chute catastrophique.

Le Français est entré trop vite dans une épingle, a glissé en bordure de route, puis tenté de rattraper Contador et Sanchez alors que ceux-ci venaient de passer.

La poursuite en catastrophe a incité Voeckler à commettre deux erreurs - d'abord une petite, qui l'a amené à perdre du temps, et une autre plus importante, alors qu'il a chevauché un trottoir, roulé dans un petit stationnement et raté une collision de peu.

«C'était une fraction de seconde, mais ça m'a semblé une éternité. J'ai fermé les yeux et levé la roue avant, et quand j'ai ouvert les yeux, j'étais encore sur mon vélo», a dit Voeckler du deuxième incident.

«C'est dommage parce que j'avais vu que Contador, Evans et les Schleck avaient terminé ensemble, a ajouté Voeckler. Si j'avais pris moins de risques, j'aurais terminé avec eux.»

Contador n'était pas abattu même s'il a été incapable de se détacher.

«Je me sentais bien et il faut bien essayer», a dit le coureur espagnol, qui n'a pas voulu parler des étapes à venir.

Evans, qui fait de plus en plus figure de favori pour le titre au fur et à mesure que progresse le Tour, a conservé son avance de près de deux minutes sur Contador. On s'attend à ce que Voeckler faiblisse dans le dernier droit.

Evans a noté à quel point la dernière descente était difficile à gérer.

«Avec les ombres et tout ça, c'était vraiment difficile de voir, a déclaré l'Australien. Voeckler a quitté la route devant mes yeux - deux fois je pense. Ça t'incite à être plus prudent. Tu ne veux pas céder du temps à quiconque.

«J'ai une bonne avance sur Alberto maintenant, mais Alberto a montré par le passé ce qu'il peut faire quand il est vraiment au sommet.»