(Lausanne) Le sprinteur grenadien Bralon Taplin a perdu sa procédure d’appel visant à infirmer la décision de le suspendre pendant quatre ans pour avoir évité un test antidopage, ce qui signifie qu’il ratera les Jeux olympiques de Tokyo en 2021 et les deux prochains Championnats du monde d’athlétisme.

Associated Press

Le Tribunal arbitral du Sport a confié mardi que le juge avait trouvé les explications de Taplin « invraisemblables ». Le finaliste aux JO de Rio en 2016 prétendait qu’il n’avait jamais été approché, ou supervisé, afin de fournir un échantillon après avoir remporté une course en avril 2019 en Grenade, le pays des Caraïbes qu’il représente.

Le juge « est à l’aise avec la décision de reconnaître l’athlète coupable d’avoir évité un test antidopage », pouvait-on lire dans le jugement.

Taplin, qui est âgé de 28 ans, est un ex-champion au relais de l’Université Texas A & M. Il sera suspendu jusqu’au 24 septembre 2023.

Il avait terminé septième au 400 m pour la Grenade aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016, et il est le huitième athlète le plus rapide de l’histoire au 400 m en salle.