Depuis sa première participation aux Jeux olympiques à Pékin, à l’âge de 16 ans, Jennifer Abel est retournée plonger en Chine chaque année. En 2020, elle ne pourra pas. L’épidémie de coronavirus bouscule les habitudes dans un sport dominé par les Chinois.

Simon Drouin Simon Drouin
La Presse

Déjà, la deuxième étape du circuit de la Série mondiale, qui devait se dérouler dans le célèbre Nid d’oiseau de 2008, a été annulée. L’équipe chinoise a également dû renoncer à sa participation à l’étape montréalaise cette semaine. Selon Plongeon Canada (DPC), ses membres n’avaient pas la certitude de pouvoir obtenir leurs visas à temps en raison des dérangements causés par le COVID-19.

En parallèle, l’équipe canadienne doit revoir ses plans en vue de la Coupe du monde de Tokyo, en avril, et même des Jeux olympiques, en juillet. Deux camps préparatoires prévus au même endroit en Chine ont dû être déplacés.

« On est très à l’aise en Chine, a expliqué jeudi le directeur technique de DPC, Mitch Geller. On y est allés à de multiples reprises. On connaît la culture, on sait à quoi ça ressemblera, on est bien reçus et les installations sont supérieures par rapport à ce qu’on trouve au Japon, où c’est très limité. On ne peut plus le faire maintenant. »

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Mitch Geller

Un repositionnement quelque part au Japon est présentement étudié et privilégié, mais Geller est prêt à tenir les deux stages d’acclimatation à Sydney, en Australie, quitte à augmenter les heures de voyagement.

Même si la situation n’est pas idéale, il refuse d’en faire un cas. « Depuis plusieurs années, on s’est fait une fierté de notre habileté à s’adapter, a souligné le directeur. On ne peut pas anticiper toutes les circonstances qui entreront en jeu. Il y a aura des défis, d’une manière ou de l’autre, et je crois que notre équipe a été assez agile pour le reconnaître et s’adapter. »

Pendant ce temps, les plongeurs poursuivent leur entraînement en tentant d’ignorer les scénarios catastrophes, comme l’annulation pure et simple des Jeux, comme l’a évoqué cette semaine le Montréalais Richard Pound, membre senior du Comité international olympique.

« Si c’est annulé, c’est sûr que ce sera un choc, mais pour l’instant, on doit continuer de s’entraîner comme si tout va se passer selon le plan original », a résumé Vincent Riendeau, qui vise une deuxième participation olympique.

« C’est hors de notre de contrôle », a renchéri Mélissa Citrini-Beaulieu, qualifiée au 3 m synchro avec Abel. « Beaucoup de choses seront dites dans les médias. On ne sait pas ce qui est fondé ou ce qui l’est moins. L’objectif, c’est vraiment de se concentrer sur nos performances, nos entraînements. »

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Mélissa Citrini-Beaulieu

DJim Miller, représentant médical de la FINA pour la Série mondiale de Montréal, s’en tient aux recommandations d’usage, soit le lavage des mains et la limitation des contacts interpersonnels.

Peu prompte aux câlins et autres embrassades, Pamela Ware se garde une réserve additionnelle dans les circonstances. La triple médaillée à des Championnats du monde vise une deuxième présence aux JO. « J’essaie de ne pas penser à ça, a dit la Montréalaise de 27 ans. Je suis sûr qu’ils trouveront une solution. Sinon, je ne peux rien y faire. »

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Pamela Ware

Meaghan Benfeito est un peu moins résignée. Elle était déjà prête à être confinée à sa chambre entre les épreuves et à porter masque et gants pour la Série mondiale de Pékin qui a été annulée.

« Mon travail, c’est de plonger, a indiqué la vétérante de 30 ans. Et mon but, c’est les Jeux olympiques. Peu importe qu’ils soient en Asie ou ailleurs, c’est là que je veux aller. Je fais ce qu’on me dit de faire. »

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Meaghan Benfeito

Après la menace du Zika avant les JO de Rio, Abel refuse de s’en faire. Le spectre des attentats avant les Jeux de Londres en 2012 l’avait plus affectée.

« À chaque Jeux, il y a toujours quelque chose. Ce n’est pas à prendre à la légère, mais c’est pour ça que je ne panique pas avec ça non plus. Je sais que Plongeon Canada nous protège énormément et que ma vie ne vaut pas une médaille olympique. »

Les Canadiens à la Série mondiale de Montréal

Jennifer Abel (Laval, QC | 3m, 3m synchro, 3m mixte)
Meaghan Benfeito (Montréal, QC | 10m, 10m synchro)
Mélissa Citrini-Beaulieu (St-Constant, QC | 3m synchro)

Philippe Gagné (Ville Mont-Royal | 3m, 3m synchro)
François Imbeau-Dulac (St-Lazare, QC | 3m, 3m synchro, 3m mixte)
Caeli McKay (Calgary, AB | 10m, 10m synchro, 10m mixte)
Vincent Riendeau (Calgary, AB | 10m, 10m synchro, 10m mixte)
Nathan Zsombor-Murray (Pointe-Claire, QC | 10m, 10m synchro)