(Paris) Le Sud-Africain Wayde van Niekerk (27 ans), champion olympique 2016, gravement blessé au genou droit depuis octobre 2017, s’estime enfin « prêt à 100 % » pour retrouver son meilleur niveau.

Agence France-Presse

« Mon corps se sent bien, j’ai eu du temps pour permettre à mon genou de s’habituer à comprendre les différents niveaux de douleur (entre risque de blessure ou douleur passagère) », explique le Sud-Africain dans une interview qui sera diffusée samedi sur les réseaux sociaux de la Ligue de diamant. « Je suis prêt à 100 % », assure-t-il.  

Le Sud-Africain a fait son retour à la compétition, pour la première fois depuis deux ans et demi, en février à Bloemfontein, sur 100 m (1010), 200 m (2031) puis une semaine plus tard sur 400 m (4742).

« De savoir que je n’avais pas perdu ma vitesse m’a donné confiance. Je savais qu’il fallait que je fixe des défis à mon corps pour briser certaines barrières. Maintenant il me faut simplement assembler tous les morceaux du puzzle pour courir de nouveau à mon meilleur niveau sur 400 m. »

Grave blessure en jouant au rugby

Double champion du monde du tour de piste (2015 et 2017), Wayde Van Niekerk avait surtout réalisé l’exploit de devenir champion olympique à Rio en 2016 en établissant un nouveau record du monde (43 secs 03), s’annonçant comme la grande vedette de l’athlétisme post-Usain Bolt. Victime d’une rupture des ligaments croisés du genou droit lors d’un match de rugby en octobre 2017, van Niekerk n’a plus disputé de compétition de niveau international depuis.

Seul point positif de sa longue absence : « la période (de confinement due à la pandémie de coronavirus) a sûrement été plus facile à vivre pour moi que pour les autres athlètes, ma blessure m’a forcé à hiberner comme en confinement pendant deux ans ! », explique-t-il.