(Londres) Neil Black, ancien directeur technique de l’athlétisme britannique qui avait démissionné en octobre dernier dans le sillage de l’affaire de dopage visant Alberto Salazar, est décédé pendant le week-end, a annoncé mardi la fédération britannique d’athlétisme.

Agence France-Presse

« British Athletics est choqué et attristé de confirmer la perte de notre ami et ancien collègue, Neil Black, qui est mort soudainement ce week-end », a écrit la fédération, sans donner davantage de précisions sur les causes du décès de Black, âgé de 60 ans.

Black avait quitté son poste à la fédération en octobre après des Mondiaux de Doha très décevants, mais surtout en pleine tempête autour d’Alberto Salazar, l’ancien entraîneur du quadruple champion olympique Mo Farah.

La fédération britannique d’athlétisme avait confié en 2013 un poste de consultant pour son programme d’endurance à Salazar, que Black, en poste depuis 2012, avait qualifié de « génie ».

Mais Salazar avait été suspendu quelques jours avant la démission de Black par l’agence antidopage américaine pour quatre ans pour infractions aux règles antidopage.

Au moment du lancement de l’enquête qui a mené à cette sanction, en 2015, Salazar était responsable de l’entraînement de la superstar britannique Mo Farah, déjà double champion olympique (5000 et 10 000 m) avant de remporter deux nouveaux titres à Rio en 2016.

Black avait toujours maintenu sa confiance en Mo Farah et la fédération britannique avait passé au crible les relations entre Salazar et Farah sans trouver « aucune raison de s’inquiéter » sur la probité de l’athlète.

« J’ai perdu un bon ami… ! Je le connaissais depuis que j’avais 14 ans… Neil m’a supporté tout au long de ma carrière, depuis que j’étais un gamin… ! ! » a réagi Farah.

« J’ai le cœur brisé. Je ne serais pas là où je suis aujourd’hui sans Neil Black… personne ne me connaissait comme lui… ! ! Nous avons perdu un grand homme », a ajouté le quadruple champion olympique.