Les présidents des comités olympiques du Portugal, de la Norvège et de l’Allemagne ont augmenté la pression sur le Comité international olympique (CIO), qui tarde à prendre une décision concernant la présentation des Jeux de Tokyo cet été malgré la pandémie de coronavirus.

Associated Press

Un jour après que le Comité olympique canadien eut déclaré qu’il n’enverra pas ses athlètes à Tokyo à moins que les jeux soient repoussés à l’an prochain, José Manuel Constantino a affirmé qu’il espérait aussi le report des jeux.

« La chose la plus raisonnable que le CIO, le comité organisateur de Tokyo, le gouvernement de Tokyo et les autorités japonaises peuvent faire est de trouver une solution consensuelle pour permettre la présentation des Jeux de Tokyo à un autre moment », a dit le président du comité olympique portugais lors d’une entrevue à Radio Observador.

« J’espère que les jeux seront remis », a-t-il ajouté.

Pour sa part, Berit Kjoll a recommandé aux athlètes norvégiens de ne pas participer aux Jeux olympiques de Tokyo s’ils ont lieu comme prévu cet été.

« Il ne sera pas possible de présenter les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo en juillet comme prévu » en raison de la pandémie de coronavirus, a noté la présidente du comité olympique norvégien.

Le comité australien a aussi emboîté le pas du Canada en affirmant qu’il recommandait à ses athlètes de se préparer pour la présentation les jeux en 2021.

La pandémie de coronavirus a forcé l’annulation de nombreuses compétitions servant de qualification ou de préparation pour les Olympiques. De plus, plusieurs pays ont fermé les installations d’entraînement pendant une période de confinement à la maison de plusieurs semaines.

« Certains athlètes ont trouvé des moyens alternatifs de se préparer, mais d’autres non pas les ressources pour le faire », a mentionné Constantino.

Kjoll a affirmé qu’elle respectait la demande du CIO de pouvoir établir « un plan réfléchi sur le moment où les jeux auront lieu ». Le CIO a indiqué dimanche qu’il songeait à reporter les jeux et qu’une décision finale sera prise d’ici quatre semaines.

De son côté, le président de la fédération allemande du sport olympique, Alfons Hörmann, s’est dit insatisfait de la position du CIO.

« Nous aimerions un message clair dès maintenant indiquant hors de tout doute que les jeux n’auront pas lieu lors des dates prévues et que des discussions sont en cours pour trouver des dates alternatives, a affirmé Hörmann. Nous préférerions que les jeux soient repoussés au moins à l’an prochain. »