La Russe Maria Sharapova a confirmé sa participation à la Coupe Rogers, au stade Uniprix du parc Jarry, en août prochain.

Michel Marois LA PRESSE

Trois fois championne de tournois du Grand Chelem, finaliste de la Coupe Rogers l'été dernier à Toronto, Sharapova a été tenu à l'écart du jeu au début de l'année dernière en raison d'une blessure à l'épaule et elle a glissé au 14e rang mondial.

Son jeu spectaclaire et son élégance lui ont toutefois permis de demeurer l'une des joueuses les plus populaires du circuit féminin. L'ancienne numéro 1 mondiale n'a disputé que trois tournois jusqu'ici cette saison, mais elle a remporté l'Omnium de Memphis, en février.

Ce sera la troisième fois qu'elle jouera à Montréal en carrière. Eugène Lapierre, le directeur du tournoi, était déjà assuré de la venue des 10 meilleures joueuses mondiales à Montréal, du 15 au 22 août, en raison des règles de la WTA. Il avait aussi obtenu récemment la confirmation des inscriptions de Kim Clijsters et d'Ana Ivanovic, deux anciennes championnes de la Coupe Rogers, en 2005 et 2006 respectivement.

Lapierre est confiant de réunir la plupart des 25 meilleures mondiales cet été à Montréal, comme cela avait été le cas à Toronto l'an dernier. En fait, une seule tête d'affiche, la Belge Justine Henin, n'a pas encore confirmé sa venue, mais cela ne saurait tarder.

Une journée de plus

Par ailleurs, Lapierre a annoncé l'ajout d'une ronde supplémentaire de qualification, le vendredi 13 août, pour répondre aux demandes de la WTA. Cela permettra d'ajouter une journée au tournoi et au désormais traditionnel week-end familial qui lance la Coupe Rogers depuis quelques années.

Les spectateurs pourront ainsi assister gratuitement aux activités et aux matchs du premier week-end du tournoi, du 13 au 15 août.

«La vente des billets progressent très bien, a souligné Lapierre. Nous sommes même en avance sur les ventes de l'an dernier, quand ce sont les hommmes qui jouaient ici. La Coupe Rogers de Montréal reste l'un des rares tournois féminins au monde, sinon le seul, qui est pratiquement aussi populaire que le tournoi masculin. Cela en dit long sur la passion du public montréalais pour le bon tennis.»